Felwine Sarr: « décoloniser les mentalités » est la priorité en Afrique

Terangaweb.com

L’Afrique ne se jouait pas dans ses taux de croissance à deux chiffres mais dans sa capacité d’abord à se réapproprier son destin ? C’est la question fondamentale que pose Felwine Sarr dans son dernier livre Afrotopia (Ed. Philippe Rey). Universitaire, libraire et musicien, Sarr est un économiste qui se méfie de l’économie. L’Afrique est à un tournant, écrit-il, mais ce dont elle a besoin c’est d’abord d’une révolution spirituelle pour décoloniser les esprits, de tracer enfin son propre sillon en refusant les voies dessinées par d’autres. Felwine Sarr présente ce qu’il appelle son utopie active à L’Afrique des Idées…

Pourquoi l’Afrique aurait-elle besoin d’utopies et lesquelles ?

L’Afrique a besoin de se remobiliser. Le principe d’une utopie c’est de projeter une vision et de mettre en marche un certain nombre d’énergies vers une terre, vers un projet que l’on construit collectivement. Il me semble que c’est absolument ce dont elle a besoin actuellement au moment où tout le monde la convoite, où on lui prescrit des chemins à suivre, des maladies à guérir. Elle se doit de fonder elle-même sa propre utopie. Loin d’une douce rêverie, il s’agit d’une utopie active, une vision du futur que l’on cherche à se donner. Elle implique d’opérer des choix sur qui on veut être, quels types de sociétés établir, quels sont les équilibres qui nous semblent être les bons, et au-delà de ses choix, de se mettre au travail pour les faire advenir. Quels sont les prérequis, les préalables pour que cet ailleurs puisse un jour être effectif ? C’est loin d’être une rêverie ou une fuite devant le réel.

Quels sont ces préalables dont vous parlez, par quoi commencer ?

On raconte partout que l’urgence est économique, je ne crois pas que ce soit le cas. Ce qui me semble le plus urgent pour l’Afrique, c’est une urgence psychologique, celle de décoloniser ses mentalités et son rapport à autrui et de les inscrire dans une forme de liberté et d’horizontalité. Celle de se réapproprier ses choix, ses téléologies, être en mesure d’élaborer une réflexion qui lui soit propre, autonome. Autonomie ne veut pas dire autarcie. Bien évidemment elle peut emprunter à ce qu’elle estime bon et fécond, mais que l’emprunt soit un emprunt librement effectué.

Il y a des mots que vous critiquez à plusieurs reprises dans votre livre, ceux de retard ou de développement. En quoi ces expressions sont-elles piégées ?

Elles sont absolument piégées. Au lendemain des indépendances, les pays africains ont retrouvé ce que j’appelle le pouvoir de l’autodétermination mais ont perdu l’autodénomination. Les Africains ne s’appelaient plus Africains, Sénégalais ou Maliens, les Asiatiques plus Asiatiques mais ils étaient tous devenus des pays sous-développés, la référence étant les États-Unis et les pays d’Europe du Nord. À partir de là, toute la réflexion est piégée, parce que tout ce qui émerge comme dynamique dans ces espaces n’est pas lue pour elle-même mais est lue toujours en rapport, au regard de… Ça a été une négation de la différence. Tout ce qui était différent de leur Amérique était placé dans une échelle normée, sous-développée, de manière péjorative. Le piège est d’autant plus important que le sous-développement permet l’ingérence. Il ne faut quand même pas laisser des millions de gens dans la misère et la pauvreté… Ce concept a enfermé toutes les dynamiques sociétales dans une forme de cul-de-sac. Il a réduit la créativité et la capacité d’inventer des formes nouvelles, d’articulations du politique, de l’économique et du culturel qui auraient pu être opérantes et permettre aux individus d’accomplir leur but mais non ! Le seul objectif c’était d’être développé. D’ailleurs si l’on regarde l’étymologie de ce terme, développer veut dire déployer, dérouler, et on ne déploie, on ne déroule, que ce qui est fondamentalement là, en potentiel, on ne développe pas ce qui est déjà achevé chez autrui.

Vous êtes économiste, et en même temps il y a très peu de chiffres dans votre ouvrage. Vous appelez surtout à ancrer l’économie dans un contexte culturel…

On ne lit l’Afrique qu’à travers l’économie. Lorsqu’on lui tresse des lauriers, c’est qu’elle a des taux de croissance élevés, lorsqu’on la critique ou qu’on la regarde avec une sorte de mépris culturel, c’est parce que ce sont des pauvres mais des pauvres économiquement. On oublie la pauvreté humaine, la pauvreté intellectuelle, culturelle ou spirituelle. L’économie est importante, mais elle n’est pas fondamentale et surtout pas seule. C’est une erreur méthodologique de penser le continent principalement à travers ce prisme. Il faut prendre en charge les autres ordres, articuler une réflexion sur le politique, le culturel et le symbolique. La vie d’une société est faite d’un tout. La plus petite des transactions est chargée de significations qui vont au-delà de l’acte économique. Il serait temps que l’on ré-ancre nos économies dans les socio-cultures de nos pays. Les biens ont circulé dans le continent à travers des liens de parenté et d’affiliation. Les échanges ont eu bien sûr des fonctions d’allocation des ressources mais aussi des fonctions de raffermissement des liens, au-delà de l’objet échangé. Cet économique-là fait sens parce qu’il n’est pas sa propre finalité. C’est un rouage à l’intérieur d’un système. C’est ça que j’appelle de mes vœux, qu’on le fasse rejouer le rôle qui est le sien : c’est au groupe de définir ses finalités et ses buts et c’est à l’économie en tant qu’ordre technique de mettre les moyens et d’allouer des ressources aux finalités que le groupe juge bonnes.

Vous donnez plusieurs exemples dans votre livre comme celui des Mourides…

Il y a là la notion d’économie relationnelle, qui fonde une économie matérielle sur la production d’une relation d’abord immatérielle entre deux individus. Les Mourides sont une confrérie qui partage certaines valeurs, comme le travail et la prière considérées comme étant aussi importante l’une que l’autre. Dans cette communauté, il y a un gros investissement dans le commerce, le BTP, l’économie dite informelle et il y a des échanges économiques qui se font d’abord sur l’appartenance confrérique. On vous prête de l’argent lorsque vous voulez démarrer une activité, c’est ce qu’on appelle en économie, une mise à disposition d’un capital sans coût. Vous n’avez pas de coût de transaction, pas de coût de contrat… Lorsqu’ils vont à l’étranger, ils rencontrent la communauté sur place, qui leur octroie des marchandises avec des systèmes de compensation. Puisque la relation humaine est établie, elle facilite l’économie matérielle, elle la rend efficiente.

Il y a un autre exemple que vous prenez c’est la réussite du Rwanda. En même temps, on pourrait vous dire qu’il s’agît d’un régime assez autoritaire.

Justement, ça ce sont les lunettes occidentales. On veut que le Rwanda soit une démocratie à l’anglaise ou à la française, ça n’a aucun sens. Voici un pays qui sort il y a vingt ans, d’un génocide d’un million d’individus et qui a dû faire face à la reconstruction du lien social, de l’humanité des uns et des autres avec la sécurité comme premier objectif. Le Monsieur (Ndlr: Paul Kagame) est autoritaire, oui, car fondamentalement il est aux prises avec des rationalités et des questions qui sont d’un autre ordre. On oublie que les démocraties n’ont pas été linéaires. La France a connu Robespierre, Danton, la Révolution française avec ses soubresauts. Tranquillement avec tous les linéaments de l’histoire, on est arrivé à une forme qui reflète le cycle historique dans lequel les gens sont. La meilleure forme d’organisation politique pour un pays dépend du cycle historique dans lequel ce pays est. On ne peut pas venir lui plaquer des formes achevées ailleurs comme étant les formes les plus signifiantes. Pour moi leur priorité c’est le vivre ensemble, la sécurité, l’économie, l’éducation, des choses fondamentales à reconstruire et ensuite probablement, oui, de plus grandes libertés individuelles, quand il n’y aura plus des gens qui sont aux frontières et qui disent qu’ils vont « finir le travail ». Certains groupes comme les FDLR n’ont pas renoncé à la question génocidaire, ils sont sur Internet… Le tissu social est encore extrêmement fragile. Vingt ans, c’est très peu. Là aussi, il y a une forme de mépris culturel, on projette son visage dans le monde et on demande à tous les peuples de porter le masque de son propre visage, sans aucun respect pour les singularités et les dynamiques historiques des autres. Alors le Monsieur qui ne correspond pas à leurs formes, effectivement, c’est un autoritaire… Tout le travail extraordinaire qu’il fait par ailleurs, on n’en parle pas, ce n’est pas important. Il faut introduire de la complexité dans le discours, faire l’effort de se décentrer. De ne pas regarder le monde seulement au travers de l’histoire occidentale… Au moins avoir cette lucidité-là.

Vous parlez peu de démographie. Certains intellectuels annoncent une impasse démographique en Afrique avec une explosion des naissances et pas d’emploi ?

La vision malthusienne de la démographie a de beaux jours devant elle en dépit du fait que l’histoire l’ait toujours démentie. C’est les mêmes pronostics que l’on faisait pour la Chine et les pays asiatiques. Ils ont réussi à transformer ce dividende démographique en force et je cherche désespérément dans l’histoire des exemples d’un dividende démographique qui n’ait pas été transformé, je n’en trouve pas. Mais je continue à chercher… Donc je pense que c’est un atout. On sera 2,5 milliards dans 35 ans, un quart de l’humanité. Et du fait qu’il y ait des efforts entrepris dans le sens de l’éducation pour tous, je pense que c’est un dividende qu’on transformera.

Vous voulez que les Africains placent à nouveau l’estime de soi au cœur de leur psychologie et demandez une révolution spirituelle. Que voulez-vous dire ?

Durant cinq siècles, les infrastructures psychiques des Africains ont été absolument détruites. L’entreprise coloniale pour s’établir et durer a eu besoin de convaincre les populations que leurs cadres épistémiques – leurs systèmes de sens et de signification – n’étaient pas bons et qu’il fallait les remplacer par ceux de l’occupant. D’où l’installation d’une conscience aliénée. Pour certaines de ces élites, pour retrouver l’estime de soi, il fallait être assimilé, il fallait devenir l’exacte réplique du maitre. Frantz Fanon dansPeau noire, masques blancs a extrêmement bien décrit cette conscience clivée et aliénée. Des infrastructures psychiques qui ont été systématiquement détruites pendant des siècles, il faut les reconstruire. Il y a des conflits intérieurs que les Africains doivent résoudre, leur rapport à eux-mêmes, à leur histoire, à leur culture, à leur identité, la manière dont ils gèrent les apports des autres, les rapports qu’ils articulent avec l’ancienne métropole. Si ce pilier fondamental n’est pas reconstruit, rien de fondamentalement révolutionnaire ou de significatif n’adviendra. On a des chefs d’État qui sont incapables de prendre des décisions par eux-mêmes, qui sont toujours sous tutelle et ce n’est pas la faiblesse économique qui l’explique.

Votre livre s’inscrit dans une démarche intellectuelle en cours sur l’unité de l’Afrique, qu’on retrouve chez les artistes, mais assez peu chez les responsables politiques. Comment articuler ces trois champs ?

C’est ça le grand défi. L’une des difficultés du continent, c’est d’avoir des élites politiques qui sont totalement en retard par rapport aux aspirations des peuples et des dynamiques en cours. Lorsque je regarde certains leaders, je me dis mon Dieu, mais qu’est-ce qu’ils représentent et comment font-ils pour ne pas se rendre compte que dans la rue, on est dans un temps autre. La grande difficulté c’est comment faire en sorte que les idées qui sortent du corps social informent la pratique politique. C’est une question difficile. Il y a des sociétés qui ont construit des ponts. Je pense qu’au Sénégal, où actuellement la société civile se mobilise parce qu’elle n’est pas d’accord avec une lecture constitutionnelle du président, il y a un champ à l’intérieur duquel des interactions sont possibles. Il y a d’autres espaces où les sociétés civiles sont embryonnaires, où probablement il faudra du temps. Ça passera par l’éducation, et c’est ça la grande difficulté…Comment faire en sorte qu’il y ait un plus grand contrôle de l’action politique par des sociétés civiles de mieux en mieux informées sur les enjeux importants et les questions qui les concernent.

Parmi les chefs d’État qui n’ont pas compris, à qui pensez-vous ?

Certains ont été éjectés ! Il y a un ouragan qui a emporté Blaise Compaoré alors qu’il se croyait inamovible. Il a été incapable de lire qu’il était temps qu’il parte et a voulu un troisième mandat. Dans les deux Congo, il y a des Messieurs qui s’accrochent contre vents et marées. On n’a pas besoin d’être un devin pour savoir que s’ils ne prennent pas la mesure des changements profonds, ils seront eux aussi balayés. C’est une question de temps. Il me semble qu’il y a un mouvement en profondeur qui s’est enclenché. Soit les chefs d’État le comprennent et ils font ce qu’il faut, soit ils ne le comprennent pas et la rue leur fera comprendre…

Votre livre aborde de nombreux sujets avec une dimension un brin prophétique… Un nouveau cycle est-il en train de démarrer ?

Quelque chose est en train de se jouer. Quelle que soit la manière dont on observe les choses, le continent est vraiment en travail, en train de produire quelque chose. La grande difficulté c’est de lire cette production-là. Une dynamique de fond se met en place. Rien n’est jamais gagné d’avance et les trajectoires sont toujours des trajectoires de la multiplicité. On sera toujours dans un clair-obscur. Mais on sent bien qu’on est à un tournant. Maintenant vers quelle terre irons-nous, je reste aussi dans l’incertitude. J’appelle de mes vœux une certaine trajectoire, un certain chemin.

Propos recueillis par Adrien de Calan

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-23405.html

 

 

 

Publié le 31 mars 2016, dans AFRIQUE, colonisation, Françafrique, Médiamensonges, Néo-colonialisme, Rwanda, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :