Tout comprendre à la « catastrophe humanitaire » qui secoue Madagascar (L’Express)

Le sud de l’île est confronté à une grave sécheresse, provoquant une famine sur place. Une situation difficile, dans un contexte épidémique également tendu.

© PAM/Tsiory Andriantsoarana
Des résidents dans les communautés touchées par la sécheresse d’Ifotaka, au sud de Madagascar, reçoivent une aide alimentaire fournie par le PAM

La sécheresse n’en finit pas et aggrave de jour en jour la famine dans le sud de Madagascar, la malnutrition aiguë touchant les enfants ayant presque doublé en quatre mois, alerte le Programme alimentaire mondial de l’ONU, le PAM. Le point sur la situation. 

Les faits. La malnutrition des enfants de moins de cinq ans atteint désormais le chiffre affolant de 16,5% selon une évaluation récente du ministère malgache de la Santé, souligne le PAM dans un communiqué jeudi. Le district le plus touché est celui d’Ambovombe, tout au sud de l’île de l’océan Indien, où cette malnutrition aiguë dépasse les 27%, « mettant la vie de nombreux enfants en danger ».  

« L’ampleur de la catastrophe dépasse l’entendement. Si nous ne renversons pas cette crise, si nous ne fournissons pas de nourriture (…) des familles vont mourir de faim et des vies seront perdues », affirme le directeur principal des opérations du PAM, Amer Daoudi, en mission dans la zone. Ce dernier décrit des scènes « d’enfants qui n’ont plus que la peau sur les os », et de femmes obligées de vendre leurs ustensiles de cuisine, au cours d’un briefing de l’ONU à Genève. « Il nous faut de l’argent et des ressources tout de suite », insiste-t-il dans un communiqué. 

Pourquoi c’est important. Le PAM, qui aide déjà près de 750 000 Malgaches avec des dons de nourriture et d’argent, évalue à plus de 61 millions d’euros les besoins pour les six prochains mois, afin d' »empêcher une catastrophe ». Plusieurs années consécutives de sécheresse ont laissé 1,35 million de personnes en situation vulnérable, nécessitant « une aide alimentaire et nutritionnelle d’urgence ». LIRE AUSSI >> A Madagascar, le pillage des richesses indigne la population

Depuis septembre, début de la période de soudure, les familles ont épuisé leurs réserves alimentaires et consommé leurs stocks de semences, ne laissant rien pour la saison de plantation de novembre/décembre 2020. Et les perspectives de récolte pour 2021 sont « médiocres », vu « l’absence de pluies lors de la dernière campagne de semis », souligne encore le PAM. 

Lire la suite

Publié le 2 mai 2021, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :