MADAGASCAR – Education nationale : Que reste-t-il du rôle de l’Etat ?

Résultat de recherche d'images pour "madagascar éducation nationale"

Aux dernières nouvelles, on a appris que « les écoles catholiques auront, parallèlement à l’Etat, leurs propres diplômes et leur propre système éducatif. » L’information laisse pour le moins perplexe, sinon inquiétante pour l’avenir du pays. Certes, historiquement, l’enseignement privé confessionnel (catholique  ou protestant) et l’enseignement public ont toujours cohabité dans le système éducatif malagasy. Le choix de l’un ou de l’autre était fonction de la conviction (religieuse et/ou philosophique) de la famille plutôt que la réussite, car les établissements privés (catho ou protestants) n’avaient pas le monopole des bons élèves.

Diplômes parallèles, système éducatif propre, etc… non seulement  l’Institution catholique devient un Etat dans l’Etat, disposant d’une liberté totale en matière d’éducation mais, cette politique accentuera la reproduction sociale, au profit d’une caste d’élites très minoritaires dominant les « autres », c’est-à-dire les 90% de la population qui sont dans la misère absolue. Qui vont pouvoir intégrer ces écoles privées sinon les nantis ? En clair, on va assister (c’est déjà à peu près le cas, hélas !) à deux mondes diamétralement opposés, aux frontières étanches, qui vont évoluer parallèlement et ce, dans un même pays et avec un même peuple !! Or, la raison d’être d’une politique éducative digne de ce nom est surtout d’éviter cet écueil.

Que reste -il alors du rôle de l’Etat ? Est-ce que le contrat qualifié de « partenariat » définit-il tous les contours de cette coexistence entre les deux systèmes ? Aurait-il encore son mot à dire concernant le programme des enseignements, le recrutement et la formation des enseignants (mais est-ce qu’il est bien placé pour exercer le contrôle dans ce domaine) ? Etc…

En tout cas, à l’instar des autres secteurs non rentables tels que celui de la santé ou de la justice, l’Education nationale n’échappe pas à la règle à savoir, le désengagement de l’Etat et l’abandon de ces secteurs au privé, alors qu’il doit être le garant d’une « éducation nationale » pour l’ensemble des jeunes malagasy qu’ils soient pauvres ou riches. C’est ni plus ni moins que la privatisation de l’Education nationale. Ce que le privé ne peut ou ne veut pas faire, est laissé aux ONG ! C’est quand même SCANDALEUX !!

L’Education Nationale et la Santé, par nature, ne doivent être soumises ni à la logique économique et idéologique d’un libéralisme débridé, ni aux services d’intérêts particuliers.

Doit-on rappeler qu’un peuple mal ou non instruit est un peuple facilement manipulable mettant en danger la démocratie ? Et à contrario, la conscience et la maturité politique, nécessaires au développement d’une nation, ne peuvent être acquises qu’avec de l’instruction et NORMALEMENT c’est à l’Etat que revient ce rôle !

Enfin, une question qui nous taraude : quel est le but du Vatican dans cette décision ? Serait-ce pour contrer le développement de l’islam dans le pays ? Si c’est le cas et sans être catastrophiste, on n’est pas sorti de l’auberge avec une guerre de religion qui pointe, et l’Eglise protestante serait logiquement et discrètement alliée objective des catholiques. C’est encore à l’Etat de « gérer » cela NORMALEMENT !

TG

Publié le 19 juin 2019, dans AFRIQUE, Education, Madagasikara - Crise, Religion, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :