ICH: Madagascar en queue de peloton !

Image

Indice de Capital Humain: c’est le nouveau critère d’évaluation et de classement des pays adopté par la Banque Mondiale. Il permet « de mesurer les pertes de productivité économique subies par les pays qui sous-investissent dans leur population ».

Le nouvel indice prend en compte différentes composantes telles que la probabilité de survie des enfants avant l’âge de 5 ans, la scolarité et la santé. En effet, selon la BM, le capital humain comprend  «l’ensemble des connaissances, des compétences et des conditions de santé que les personnes acquièrent au cours de leur vie ».  est un des facteurs essentiels à l’origine de la croissance économique soutenue et de la réduction de la pauvreté.

L’état de la situation est très alarmant, bien que disparate, pour le continent africain avec un ICH moyen de 0.40 alors que la moyenne mondiale est de 0.57 sur 1. Ce qui veut dire que la productivité des enfants africains nés aujourd’hui n’atteindra que 40% de ce qu’elle aurait pu atteindre s’ils avaient été mieux éduqués et mieux soignés !

Pour Madagascar, le taux descend à 0.37 (28ème sur 44 du classement des pays africains)! Autrement dit, il y a d’énormes lacunes en ce qui concernent les politiques de santé et d’éducation publiques destinées aux jeunes malagasy et qui compromettront grandement leur avenir et donc celui du pays.

Autre chiffre dramatique, seuls 96% des enfants malagasy nés aujourd’hui ont une chance de survie à 5 ans, c’est à dire que 4% n’atteindront pas l’âge de la scolarité. Le taux moyen pour l’Afrique subsaharienne est de 93% en la matière, mais comparaison n’est pas raison !

Quel effet sur l’économie nationale ?

En fait, « l’ICH établit un lien direct entre l’amélioration de la santé et l’éducation des populations à la productivité et la croissance économique ». Un pays qui n’investit pas suffisamment dans sa population compromet gravement son avenir et aura plus de chance de rester dans le sous-développement.

Les dirigeants malagasy sont-ils conscients de cette évidence ? Sans doute que oui ! Mais l’attrait de la recherche du profit personnel et familial domine sur le reste dans un environnement politique chroniquement instable où à tout moment, « on peut sauter » ! Aux chiottes les politiques de santé et d’éducation publiques, la priorité pour nos cupides dirigeants est le court-termisme, à savoir s’enrichir au maximum dans un minimum de temps !

Chers compatriotes, nous aurons l’occasion de nous exprimer dans les urnes dans moins d’un mois. ALLONS VOTER D’ABORD et VOTONS BIEN ENSUITE et rappelons que VOTER = CHOISIR !!

TG

Voir le site de la Banque Mondiale

 

 

 

Publicités

Publié le 14 octobre 2018, dans AFRIQUE, Capitalisme, Droits humains, Education, Madagasikara - Crise, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :