Equateur : mandat d’arrêt contre l’ancien président Rafael Correa

Equateur : mandat d'arrêt contre l'ancien président Rafael CorreaReuters –  L’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa, salue ses sympathisants à Esmeraldas, en Équateur, le 3 décembre 2017.

Habitant en Belgique, d’où est originaire son épouse, Rafael Correa, l’ancien président de l’Equateur, est sous le coup d’un mandat d’arrêt et d’une demande d’extradition de la part de la justice de son pays.

L’affaire prend une dimension politique internationale. La justice équatorienne a annoncé le 3 juillet avoir lancé un mandat d’arrêt contre l’ancien président Rafael Correa et a alerté Interpol en vue de son extradition. Le procureur voulait que Rafael Correa se présente au tribunal tous les 15 jours à partir du 2 juillet mais celui-ci, vivant en Belgique, pays de son épouse, avait décidé de se présenter à la place devant le consulat équatorien. Répondant favorablement à une demande du parquet mécontent, la juge Daniella Camacho a ordonné le placement en détention provisoire de l’ancien président.

Rafael Correa est accusé par un opposant d’avoir commandité une tentative d’enlèvement par des policiers équatoriens en Colombie en 2012. Fernando Balda, ancien parlementaire du Parti Société Patriotique (PSP), opposé à Rafael Correa, affirme qu’en 2012 à Bogota, cinq personnes, agissant sur ordre présidentiel, l’ont contraint à monter dans une voiture avant que la police colombienne ne vienne intercepter le véhicule et faire échouer l’enlèvement.

Fernando Balda a lui-même été accusé d’avoir orchestré un coup d’Etat déjoué en 2010. Ces accusations ont été portées lorsque l’homme était en Colombie, d’où il a finalement été expulsé vers l’Equateur en 2012 et a purgé une année en prison pour atteinte à la sécurité de l’Etat. Dans un entretien accordé à Ignacio Ramonet du Monde Diplomatiqueen espagnol et traduit sur le site Mémoire des luttes, Rafael Correa expliquait en 2011 ce coup d’Etat échoué et comment, en tant que président du pays, il avait demandé une arme pour se défendre.

Lire la suite

 

Lire aussi:

Extrait de l’entretien entre Rafael Correa, ex-président de l’Equateur, et Luiz Inacio Lula da Silva, ex-président du Brésil au cours duquel les deux hommes ont évoqué les relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine.

 

 

 

Publié le 5 juillet 2018, dans Amérique Latine, Droit international, Géopolitique, Politique US, Uncategorized, USA, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :