Marc Ravalomanana critique sévèrement la Communauté Internationale

Image associée

Les mots sont sévères, le style est peu diplomatique

Dans sa déclaration adressée à la communauté internationale, l’ancien président, Marc Ravalomanana, a critiqué sévèrement cette dernière quant à la pertinence et l’efficacité de son rôle et son intervention dans la crise politique qui secoue à nouveau le pays. Il estime en effet que c’est plutôt une « démarche absurde » dans la mesure où « on s’engage sur des points déterminés sans échange de point de vue préalable ». Il ajoute que « les médiateurs se substituent aux parties malgaches pour imposer à ces derniers le point de vue dit de la Communauté Internationale ».

Il n’oublie pas non plus de rappeler « la responsabilité écrasante des missions de médiation depuis 2009 avec l’imposition du Ni..Ni » dont il était à juste titre la principale victime.

Marc Ravalomanana privilégie donc la solution malgacho-malgache avec, autour de la table et sous l’égide de la FFKM et du CFM, tous les protagonistes de la crise, à savoir les 3 grands partis (HVM, Mapar et TIM)Le rôle de la Communauté Internationale se réduit à la simple assistance. Il compte sur la bonne foi et l’engagement de chacun pour respecter l’accord qui sera adopté. Et tout le problème est là justement !!

A souligner que Ravalomanana s’est abstenu de toute idée de chasser Rajaonarimampianina du pouvoir, aucun passage allant dans ce sens ne figure dans la déclaration. Il s’est contenté subtilement de manifester sa méfiance vis-à-vis du camp HVM qui a montré aux yeux de tous ce dont il est capable.

L’initiative est louable car tout ce qui limite l’intervention étrangère est toujours synonyme de maturité politique nationale. Mais, eu égard au passé, qui nous dit que cette démarche va réussir ? Qui nous dit que cette fois-ci, la FFKM et le CFM vont pouvoir s’imposer face aux 3 entités composées chacune de nombre d’opportunistes, revanchards et cupides de tout poil qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. On susurre que parmi les leaders en vue du « Diabe », y en a qui pense déjà au « retour sur investissement » en fauteuils ministériels !!

On se serait amusé si ce n’est pas l’avenir des 24 millions de personnes qui est en jeu.

TG

 

Publié le 12 mai 2018, dans AFRIQUE, Droit international, Françafrique, Madagasikara - Crise, Océan Indien, Uncategorized, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :