Zimbabwe : les rivalités intérieures, la concurrence étatsuno-chinoise sont à l’origine de la crise politique (MintPress News)

Photo du haut | Une affiche électorale de la campagne électorale Zanu Pf 2008 sur le mur d'un vieux bâtiment délabré dans la banlieue de Mbara à Harare, vendredi 17 novembre 2017. L'armée zimbabwéenne affirme qu'elle réalise des " progrès notables " dans les pourparlers avec le président Robert Mugabe en vue de son départ alors qu'elle poursuit et arrête certains alliés du dirigeant et de son épouse. (AP Photo)

Photo du haut | Une affiche électorale de la campagne électorale Zanu Pf 2008 sur le mur d’un vieux bâtiment délabré dans la banlieue de Mbara à Harare, vendredi 17 novembre 2017. L’armée zimbabwéenne affirme qu’elle réalise des  » progrès notables  » dans les pourparlers avec le président Robert Mugabe en vue de son départ alors qu’elle poursuit et arrête certains alliés du dirigeant et de son épouse. (AP Photo)

Les troubles politiques au Zimbabwe sont le résultat à la fois de rivalités entre factions nationales et d’intrigues politiques internationales plus larges. Ne laissez pas les médias de masse imposer leur narration superficielle habituelle sur les événements au Zimbabwe; comme pour tout ce qui se passe en Afrique, la réalité est nettement plus complexe.

NEW YORK (Analyse) – Le 14 novembre 2017, les forces militaires du Zimbabwe ont pris le contrôle des rues, séquestré le président Robert Mugabe dans sa résidence et annoncé publiquement que ce genre de coup d’État n’était qu’une opération de nettoyage destinée à « cibler les criminels« , alors que la revendication a un certain mérite – le gouvernement du Zimbabwe, à l’instar de presque toutes les nations d’Afrique et du Sud, se débat avec les forces endémiques de l’opposition.

En effet, la plupart des médias ont rapidement qualifié l’opération de coup d’État militaire.  Cependant, une analyse plus critique révèle que cet épisode est nettement différent des innombrables coups d’État qui ont eu lieu dans l’histoire post-coloniale de l’Afrique. En fait, un certain nombre de commentateurs zimbabwéens ont précisément fait cette affirmation (voir ici et ici).

George Shire, un analyste politique basé à Londres et vétéran de la lutte de libération du Zimbabwe, déclara avec force à Al-Jazeera que : « La domination du ZANU-PF[le parti au pouvoir du Zimbabwe depuis la libération] sur le paysage politique du Zimbabwe n’est pas remise en question… Ce que vous voyez, c’est vraiment une course pour le leadership qui a lieu – le style zimbabwéen. Dans ce cas, cependant, l’armée est intervenue pour empêcher une faction du parti au pouvoir de prendre le pouvoir en faveur d’une autre faction« .

Bien qu’il puisse s’agir d’une question de sémantique quant à savoir s’il s’agit d’un coup d’État ou non, la question importante est exactement ce que les luttes internes au sein du ZANU-PF nous disent sur la nature de la politique du Zimbabwe aujourd’hui. En outre, qu’est-ce qui peut être glané sur les acteurs internationaux ayant des intérêts directs dans la politique zimbabwéenne? Naturellement, les deux questions nécessitent une analyse minutieuse et nuancée.

La lutte de pouvoir interne au sein du ZANU

 

Emmerson Mnangagwa, à gauche, le vice-président du Zimbabwe se tient aux côtés du président zimbabwéen Robert Mugabe après la cérémonie d'assermentation à la Maison de l'État à Harare, le 12 décembre 2014. (AP/Tsvangirayi Mukwazhi)

Emmerson Mnangagwa, à gauche, le vice-président du Zimbabwe se tient aux côtés du président zimbabwéen Robert Mugabe après la cérémonie d’assermentation à la Maison de l’État à Harare, le 12 décembre 2014. (AP/Tsvangirayi Mukwazhi)

Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur les factions rivalisant pour le pouvoir au sein de la ZANU-PF alors que Robert Mugabe, maintenant âgé de 93 ans, se prépare à quitter la scène. Dans ce cas, un bref aperçu suffira peut-être à expliquer la situation interne.

Le ZANU-PF est le parti au pouvoir depuis des décennies, dirigé consciencieusement par des vétérans de la guerre de libération sous la direction de Robert Mugabe. Cependant, au cours des dernières années, la femme de Mugabe, Grace, et la clique qui entoure les Mugabe, ont de plus en plus tendance à consolider le pouvoir tout en préparant le terrain pour que Grace succède à son mari à la tête de l’Etat. La vieille garde du parti, qui a souvent dépeint Grace Mugabe avec méfiance, à tort ou à raison, comme une opportuniste égoïste guidée par le matérialisme – ils l’appellent « Gucci Grace » à cause de ses goûts chers et prétendument extravagants – et d’une soif de pouvoir.

Ces dernières semaines, les tensions ont atteint leur paroxysme avec le limogeage d’un certain nombre de dirigeants de haut rang du parti, dont l’ancien vice-président Emmerson Mnangagwa qui, comme beaucoup d’autres loyalistes de longue date, est un vétéran de la guerre de libération. Mnangagwa a été vu par certains des hauts gradés militaires comme peut-être le dernier des responsables politiques puissants au sein de la ZANU-PF ayant des liens avec la lutte pour la libération. En tant que tel, Mnangagwa demeure, aux yeux de ses alliés militaires et de nombreux habitants du pays, une personnalité importante dont la vie politique ne saurait tout simplement pas se prolonger aux yeux de Grace Mugabe et de ses loyaux – perçue par beaucoup comme influençant, sinon dictant directement la politique de Robert Mugabe, âgé de 93 ans.

Il semble que le licenciement d’Emmerson Mnangagwa ait été la dernière goutte d’eau pour le général Constantine Chiwenga, un allié de longue date de Mnangagwa, et ses forces. Chiwenga a d’abord réagi en s’adressant à la nation sur l’attitude dangereuse de ses adversaires autour de Grace Mugabe. Alors que cet avertissement national n’a rien apporté, les militaires se sont empressés de prendre le contrôle du pays.

Ce qui s’est produit depuis lors, ce sont des arrestations très médiatisées de ministres clés du gouvernement proches de Grace Mugabe: le ministre des finances Ignatius Chombo, qui aurait été trouvé chez lui avec 10 millions de dollars; le ministre de l’enseignement supérieur Jonathan Moyo; le ministre du gouvernement local Saviour Kasukuwere, ainsi qu’un certain nombre d’autres hauts fonctionnaires. Les porte-parole militaires ont qualifié ces figures de « criminels » et ont assuré au pays que les purges politiques ne visaient que « les criminels autour de[Robert Mugabe] qui commettent des crimes qui causent des souffrances sociales et économiques dans le pays afin de les traduire en justice ».

Bien que l’interprétation de ces mouvements puisse dépendre autant de sa propre perspective politique que d’une analyse objective, on ne saurait trop insister sur leur importance. L’armée a maintenant enlevé une faction très puissante de la ZANU-PF car elle jette les bases d’une transition au pouvoir de Mugabe à d’autres membres de la vieille garde du parti. A tort ou à raison, la prise de pouvoir militaire rapide a réussi à régler un conflit politique sans déstabilisation importante du pays jusqu’à présent.

Mais qu’est-ce que tout cela signifie ? Quel sera l’impact de ces développements sur la situation politique à l’avenir ? Pour répondre à cette question, il faut tenir compte des acteurs politiques internationaux et de leurs intérêts contradictoires, tant politiques qu’économiques, au Zimbabwe.

La ZANU, le MDC et l’agenda Washington-Londres

Le leader de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai prend la parole après avoir donné une conférence de presse chez lui à Harare, Zimbabwe, le 16 novembre 2017. M. Tsvangirai a déclaré que le président Robert Mugabe devait démissionner et a appelé à la mise en place d'un mécanisme de transition négocié. (AP/Ben Curtis)

Le leader de l’opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai prend la parole après avoir donné une conférence de presse chez lui à Harare, Zimbabwe, le 16 novembre 2017. M. Tsvangirai a déclaré que le président Robert Mugabe devait démissionner et a appelé à la mise en place d’un mécanisme de transition négocié. (AP/Ben Curtis)

L’importance de cette décision des militaires d’écarter les principaux rivaux de Mnangagwa et de ses alliés doit être comprise dans le contexte de la politique zimbabwéenne. Avec Grace Mugabe et le G40 – le terme utilisé pour décrire la faction la plus proche d’elle, qui comprenait les ministres arrêtés – Mnangagwa a à présent un chemin clairement tracé vers la prise du pouvoir.

La raison en est la position politique extrêmement faible du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et de son dirigeant de longue date, Morgan Tsvangirai. Avec le MDC parsemé par les luttes internes et le factionnalisme lui-même, il a cessé d’être la puissante force libérale (lire: néolibérale) qu’on lui a déjà fait croire. En effet, il y a quelques années à peine, Tsvangirai et le MDC s’apprêtaient à prendre le pouvoir au Zimbabwe avec le soutien de Washington et de Londres.

Tsvangirai et ses cohortes l’ont nié avec véhémence, ce qui était plutôt prévisible, mais des preuves ont émergé au fil des ans démontrant que lui et son parti entretenaient des liens étroits avec Washington et qu’ils servaient essentiellement de groupe de front pour les intérêts politiques et économiques des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’UE.

Une fuite d’un câble de 2010, publiée par WikiLeaks, a révélé que Tsvangirai a collaboré avec le président Obama et l’establishment étatsunien pour mener une guerre économique contre le Zimbabwe et le peuple. Le document « montrait qu’il [Tsvangirai] avait prié en privé Washington de maintenir les sanctions contre Harare, alors qu’il prenait la position opposée en public« .

Le président Barack Obama rencontre le premier ministre Morgan Tsvangirai au bureau ovale, 12 juin 2009 (photo de la Maison Blanche)

Le président Barack Obama rencontre le premier ministre Morgan Tsvangirai au bureau ovale, 12 juin 2009 (photo de la Maison Blanche)

Ce genre de collaboration, qui va dans le même sens que celle des services de renseignements étatsuniens et du département d’État à l’égard des pays où Washington aimerait voir le régime changer, montre à quel point les États-Unis et leurs alliés occidentaux voulaient se servir de l’étranglement économique et des pressions politiques pour mettre en place un gouvernement client. Comme l’a noté à juste titre un éditorial de 2013 dans le New Zimbabwe :
    L’une des principales raisons pour lesquelles la ZDERA[Zimbabwe Democracy and Recovery Act] a été adoptée était de permettre au secrétaire étatsunien au Trésor de transférer des fonds des États-Unis vers le Zimbabwe pour « aider les forces démocratiques dans ce pays »…[De l’avis de certaines estimations, la valeur monétaire des ressources transférées au MDC-T depuis l’adoption de la ZDERA a largement dépassé les 250 millions de dollars. »

Naturellement, une telle législation a fourni le cadre juridique nécessaire pour que les États-Unis travaillent en vue d’asseoir au pouvoir le gouvernement de son choix. En tant qu’ex-ambassadeur étatsunien au Zimbabwe, Christopher Dell, a écrit dans un des câbles que Wikileaks a fait fuiter :

Notre politique fonctionne et elle contribue à susciter des changements. Ce qu’il faut, c’est simplement du cran, de la détermination et de la concentration pour aller jusqu’au bout. Puis, lorsque les changements arriveront enfin, nous devrons être prêts à agir rapidement pour aider à consolider la nouvelle dispensation… Il[M. Tsvangirai] est l’élément indispensable au changement de régime, mais peut-être un boulet autour du cou une fois au pouvoir. »

 

Telle était la confiance de Washington en ces derniers jours heureux du fils Bush et des premières années Obama. Cependant, depuis lors, Tsvangirai et l’opposition néolibérale, favorable à Washington, ont évolué vers un désordre fragmenté, incapable d’organiser une contestation électorale sérieuse contre le parti au pouvoir, le ZANU-PF.

Dans une large mesure, l’effondrement du cher MDC pro-occidental a précipité la crise politique auquel nous venons d’assister. Avec un MDC hors service, le pouvoir était prêt à être pris par les intérêts concurrents au sein de la ZANU. Ainsi, la Première Dame Grace Mugabe et le G40 contre Mnangagwa et l’armée. Il semble, sur la base des événements de ces derniers jours, que le conflit soit résolu, car le G40 n’est plus et les militaires sont aux commandes, avec Mnangagwa susceptible d’assumer le pouvoir, ne serait-ce que sur une base intérimaire avant un congrès du parti prévu en 2018.

Cependant, aucune analyse de la situation au Zimbabwe ne saurait être considérée comme complète sans un examen du plus puissant acteur international au Zimbabwe : la Chine.

 

Pékin, le « coup d’État » et le récit occidental

La Chine a longtemps été le principal bailleur de fonds international du Zimbabwe, remontant à la guerre de libération et au soutien de Pékin à la ZANU et à Mugabe contre ses rivaux de la ZAPU et son chef Joshua Nkomo, qui était soutenu par l’Union soviétique. Essentiellement, la lutte au Zimbabwe a été à la fois une lutte anticoloniale et une guerre civile qui a servi de conflit par procuration dans la compétition sino-soviétique au cours des dernières étapes de la guerre froide. Depuis que Mugabe et la ZANU ont consolidé le pouvoir il y a près de 40 ans, la Chine a maintenu une relation spéciale avec le pays où, bien qu’elle ne soit pas le plus grand partenaire commercial, elle reste le plus important – en fournissant la formation militaire et du matériel, des investissements étrangers et bien plus encore.

 

Et c’est précisément cette relation qui a été mise en évidence par The Telegraph, qui a rapporté que quelques jours seulement avant le coup d’État/non-coup, le général Chiwenga s’était rendu à Pékin.

Naturellement, l’implication, répercutée par un certain nombre d’analystes de divers horizons, est que Pékin a soit ouvertement, soit tacitement approuvé la prise du pouvoir et le retrait des Mugabe. On peut se moquer de la juste indignation et de l’indignation au sujet des Chinois qui soutiennent un coup d’État, alors que ces mêmes experts ne disent rien sur la participation des États-Unis aux coups d’État et aux déstabilisations dans le monde entier. Les politiciens et les participants des Think Tank – dont la position par défaut consiste à inculper de  » théorie du complot  » ce qui dénonce les actions néfastes de Washington tout en sachant comment Washington procède, et continue de faire, ce genre d’action dans le monde entier – ont soudainement pointé la responsabilité de Pékin.

Cela dit, toute analyse raisonnable de la situation devrait tenir compte non seulement de la coïncidence du coup d’État avec la visite du général Chiwenga en Chine, mais aussi de ce que la Chine gagnerait à évincer son allié de longue date, Mugabe. En outre, compte tenu des liens militaires de longue date qui existent entre les deux pays, la logique voudrait que le général discute de ces plans avec le principal allié militaire du Zimbabwe.

Alors, qu’est-ce que la Chine pourrait gagner à éliminer Mugabe ?

Un ressortissant chinois anonyme et un homme zimbabwéen s'enlacent  en accueillant le président chinois Xi Jinping à son arrivée à Harare, au Zimbabwe, le 1er décembre. 2015 (AP/Tsvangirayi Mukwazhi)

Un ressortissant chinois anonyme et un homme zimbabwéen s’enlacent en accueillant le président chinois Xi Jinping à son arrivée à Harare, au Zimbabwe, le 1er décembre. 2015 (AP/Tsvangirayi Mukwazhi)

Les initiatives d’indigénisation lancées par Mugabe et la ZANU-PF au cours de la dernière décennie continuent d’être un problème majeur pour la Chine. Le programme d’indigénisation a modifié les lois du pays en matière de propriété, exigeant que les entreprises jugées d’intérêt national soient détenues majoritairement par des Zimbabwéens et non par des investisseurs étrangers. Bien qu’il y ait eu des exceptions pour la Chine en raison de l’influence qu’elle exerce dans le pays, de plus en plus d’intérêts chinois ont été soumis à des politiques d’indigénisation.

À compter du 1er avril 2016, lorsque la nouvelle loi sur l’indigénisation est entrée en vigueur, les entreprises chinoises ont commencé à craindre que leurs exemptions aux règlements sur l’indigénisation, déjà négociées, ne soient réduites, sinon éliminées.

Comme l’a écrit Samuel Ramani dans The Diplomat :

La politique d’indigénisation de la ZANU-PF pourrait mettre en péril les investissements de la Chine dans le secteur minier zimbabwéen et la faillite de petites entreprises appartenant à des expatriés chinois à Harare… La décision de Mugabe de nationaliser l’industrie du diamant du Zimbabwe a suscité une inquiétude particulière à Pékin. En vertu des nouvelles règles du Zimbabwe, les sociétés minières chinoises sont obligées d’opérer sous l’égide de la Zimbabwe Consolidated Diamond Company (ZCDC) ».

 

Bien que le gouvernement Mugabe ait toujours considéré les Chinois comme des alliés proches, il a toujours refusé de laisser la Chine dicter sa politique nationale. Mugabe a affirmé à maintes reprises son attachement à l’indigénisation comme pierre angulaire d’une véritable indépendance du Zimbabwe, car lui et la ZANU-PF considèrent que l’indigénisation est nécessaire pour dénouer les structures de propriété et d’exploitation héritées du colonialisme. Naturellement, une telle rhétorique et une telle politique rendent les figures influentes en Chine nerveuses, c’est le moins qu’on puisse dire.

Cela signifie-t-il que le retrait de Mugabe et le fait de placer Mnangagwa, ou quiconque d’autre, au pouvoir est un jeu de pouvoir direct de la Chine pour retirer un leader considéré comme trop indépendant ? Cet argument semble trop simpliste et plutôt improbable, étant donné que Pékin s’intéresse traditionnellement davantage à la stabilité et à la non-ingérence dans de telles questions, et qu’elle reste certainement prudente en ce qui concerne l’ouverture de la porte aux troubles civils et/ou à l’influence potentielle de Washington-Londres.

Toutefois, il est tout aussi probable que Pékin ait été tenu au courant des plans déjà en cours et qu’il ait donné son accord tacite. Peut-être y a-t-il eu une sorte d’accord, parlé ou non, concernant le soutien à un nouveau gouvernement en échange de la modération de la campagne d’indigénisation ? Le temps nous le dira certainement.

Il n’en demeure pas moins vrai que la situation au Zimbabwe continue d’évoluer et que les dimensions politiques, et les implications plus larges, ne font que commencer à se faire jour. Étant donné que le Zimbabwe reste en dehors du cadre de l’Africom et de l’influence des États-Unis et du Royaume-Uni, tout changement dans le pays aura des répercussions sur le continent.

Le conflit au Zimbabwe mettra l’accent sur la Communauté de développement de l’Afrique australe et l’Union africaine (UA) pour agir dans l’intérêt de la région et du continent et empêcher que la crise politique ne se transforme en guerre civile ou en crise régionale. Il rouvrira la porte au MDC, bien qu’il semble peu probable qu’il puisse conquérir le pouvoir. Cela soulignera encore une fois la question de l’influence de la Chine dans le pays et en Afrique dans son ensemble.

À bien des égards, les événements de ces derniers jours ont ramené le Zimbabwe sous les feux de la rampe internationale. On ne peut qu’espérer que, pour le peuple zimbabwéen, les rivalités politiques et internationales au cœur de cette crise se traduiront par une politique stable et une vie meilleure.

*Eric Draitser est un analyste géopolitique basé à New York et le fondateur de StopImperialism. Il contribue régulièrement à MintPress News, RT, Counterpunch, New Eastern Outlook, Press TV et bien d’autres médias. Visitez StopImperialism. com pour en savoir plus sur son travail.

Article originel : Zimbabwe: Domestic Rivalries, US-China Competition Underlie Political Crisis

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2017/11/zimbabwe-les-rivalites-interieures-la-concurrence-etatsuno-chinoise-sont-a-l-origine-de-la-crise-politique-mintpress-news.html

 

Publicités

Publié le 19 novembre 2017, dans AFRIQUE, Chinafrique, Chine, Géopolitique, Médiamensonges, Politique US, Zimbabwe, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :