MADAGASCAR – L’Etat en faillite : Emprunt auprès d’une banque primaire pour payer les fonctionnaires (Midi)

https://i1.wp.com/www.midi-madagasikara.mg/wp-content/uploads/2017/06/TRESOR-300x300.gif

Le non-respect de la conditionnalité des bailleurs est sans doute à l’origine du non-déblocage des financements.

On croyait que la nomination de Gervais Rakotoarimanana comme Grand argentier allait ouvrir le robinet des financements extérieurs, mais force est de constater qu’il n’en est rien. La pirouette du ministre des Finances et du Budget par rapport aux subventions allouées à la JIRAMA est probablement un frein au déblocage des fonds. On se souvient qu’il avait partagé la position de la représentante de la Banque mondiale Coralie Gevers qui avait déclaré que seuls 14% des Malgaches ont accès à l’électricité. Voilà pourquoi la Banque mondiale est pour la diminution progressive des subventions à accorder à la JIRAMA que le ministre des Finances et du Budget vient pourtant d’augmenter à 220 milliards d’Ariary. Un non-respect de la conditionnalité des bailleurs de fonds qui est sans doute pour quelque chose dans le non-déblocage des financements, notamment les 10 milliards de dollars promis lors de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs (CBI) début décembre 2016 à Paris. Pointé du doigt sur le plan international pour le non-respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, le régime HVM fait face actuellement à un énorme problème de budget. De source bien informée, la caisse de l’Etat serait vide, ou enfin presque actuellement. L’Etat étant sur la situation de faillite, l’Exécutif aurait donc été obligé d’emprunter de l’argent auprès d’une banque primaire à l’étranger pour payer les salaires des fonctionnaires. Ici, le conditionnel est de rigueur, même si l’information a été confirmée par des sources auprès du Ministère des Finances et du Budget et au niveau de la Présidence de la République. Reste à savoir les modalités de remboursement et surtout les taux d’intérêts.

Solutions tiptop. En tout cas, cette option n’a jamais été opérée au pays même du temps du régime transitoire où les aides extérieures ont été coupées suite au changement de régime jugé anticonstitutionnel par la Communauté internationale. Ne bénéficiant pas de la confiance des bailleurs de fonds habituels, le régime HVM opte pour les financements parallèles. D’après les informations, une délégation de la Présidence de la République serait en ce moment en Chine pour négocier le déblocage d’une somme d’argent pour financer des projets sociaux. Pas plus tard que la semaine dernière, le Conseil des ministres a décidé l’affectation d’une partie du budget des autres ministères, sur la caisse des trois départements ministériels en charge des questions sécuritaires, afin de mettre en œuvre une stratégie efficace pour la lutte contre l’insécurité. Cette option confirme le fait que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », faisant face à un manque de budget, tente de résoudre les problèmes par ses solutions tiptop.

Lire la suite

 

 

Publicités

Publié le 19 juin 2017, dans AFRIQUE, Economie, Madagasikara - Crise, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :