MADAGASCAR: Insécurité – Les bandits narguent les forces de l’ordre (L’Express Mada)

https://i0.wp.com/www.lexpressmada.com/wp-content/uploads/2017/06/securite.jpg

L’insécurité atteint des propensions intolérables. En attendant la réplique de l’État, les malfaiteurs sèment la terreur au nez à la barbe des forces de sécurité.

Défi. Autant en milieu rural qu’urbain, la fréquence et la violence des actes de banditisme sont devenues effrayantes. Simples citoyens et élus n’ont de cesse de faire part de leur détresse à l’endroit des autorités étatiques. Ces derniers, qui, jusqu’ici, semblent impuissants face à la force de frappe des bandits, qui au regard des deniers événements meurtriers, narguent les forces de l’ordre et les autorités.
Un braquage à mains armées a fait un mort, dans la soirée de samedi, à Sabotsy Namehana. Un fait qui s’est déroulé tout prêt d’un commissariat de police. Peu avant, une tentative de rapt d’un couple malgache s’est déroulée à Ivato. Dans la matinée du même jour, un jeune homme a été retrouvé mort, à Antsakaviro. Il aurait été détroussé et assassiné par des brigands.
À Ambatofinandrahana vendredi, des bandits armés ont attaqué de front un camion de collecteur de riz, pourtant escorté par des policiers armés. En prime, les gangsters ont dépossédé les éléments des forces de l’ordre de leurs armes et munitions. Ce ne sont que des exemples de faits rapportés par la presse, samedi et aujourd’hui. Des bribes de tourmentes que vivent quotidiennement les citoyens et ressortissants étrangers.
Sur les réseaux sociaux, les indignations et le ras-le-bol sont affirmés. « L’impuis­sance » apparente des autorités concentre, notamment, les réactions. Vendredi, Christine Razana­mahasoa, députée d’Amba­tofinandrahana a appelé le gouvernement pour qu’il « prenne ses responsabilités afin de mettre fin à l’insécurité qui prévaut actuellement ». Une interpellation déjà faite durant la présentation du rapport du gouvernement à l’Assemblée nationale, fin mai. L’insécurité y a été le sujet récurrent dans les interventions des députés.
« Si l’on écoute votre exposé, on constate que le gouvernement travaille. Seulement, nous parlons de gouvernement de combat et les principaux combats qui restent encore à gagner, sont ceux contre la corruption, l’inflation et l’insécurité. Ce sont les sujets qui impactent directement sur le quotidien de la population ». Il s’agit d’une phrase entendue à la Chambre basse.
Réponse
L’insécurité pourrait également être un thème incontournable durant la séance de questions-réponses entre le Sénat et l’équipe gouvernementale, ce jour à Anosy. Des sénateurs de la province de Fianarantsoa ont déjà annoncé la couleur vendredi, en marge de la journée porte ouverte du Parlement.
Dans un souci d’apaisement pour les fêtes, le gouvernement interdit toute manifestation politique. Seulement, ce sont les bandits qui semblent jouer les trouble-fête et ébranlent l’autorité de l’État. Dans le camp de l’Exécutif, l’on reconnaît que l’insécurité est « un problème grave », qui cache les réalisations du pouvoir. La thèse d’une « manœuvre politique » pour démontrer ses limites fait son chemin en haut lieu.
Ce que démontrerait le fait que les bandits disposent d’un arsenal neuf et, dans certains cas, d’une puissance de feu supérieure à celle des forces de l’ordre. Certes, seuls les faits sur terrain tendent à amener à croire que les autorités sont dépassées par la situation. Et bien que l’existence de réseaux de malfaiteurs soit dénoncée, les enquêtes n’aboutissent jusqu’ici à rien de concluant. Selon les ministres chargés de la sécurité, la réplique de l’État ne saurait tarder.
En référence à ce qui a été indiqué durant le conseil des ministres et du gouvernement de la semaine passée, le contrôleur général de police Mamy Jean-Jacques Andrianisa, ministre de la Sécurité publique soutient: « Nous sommes en train d’éla­borer un plan pour arrêter de manière efficace cet élan d’insécurité. Nous allons y répondre d’une manière générale ». Une mesure qui sera présentée durant les réunions de l’Exécutif cette semaine, affirme le général Girard Randriamahavalisoa, secrétaire d’État chargé de la gendarmerie nationale.
Garry Fabrice Ranaivoson

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/les-bandits-narguent-les-forces-de-lordre/

 

Publicités

Publié le 13 juin 2017, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :