MADAGASCAR – Homicides policiers – Multiplication effrayante des exécutions (L’Express)

https://i1.wp.com/www.lexpressmada.com/wp-content/uploads/2017/01/FD-1.jpg

Depuis le mois de décembre, le nombre de suspects tués par la brigade criminelle se multiplie. On compte près d’une personne abattue presque chaque semaine.

Des exécutions sommaires délient les langues. En l’espace d’un mois et demi, cinq suspects ont été abattus par les forces de police dans les rues de la capitale, dans des circonstances des plus troublantes. Contradic­toires aux versions policières, celles des témoins oculaires et des riverains révèlent souvent des homicides armés, menés par une véritable escouade de la mort. Sur les cinq cas dénombrés dernièrement, quatre sont inscrits sur le tableau de chasse de la brigade criminelle, à se demander si les éléments ont pour mot d’ordre de tuer.
En une aussi courte période, un présumé bandit est abattu presque chaque semaine, un phénomène troublant, qui ne semble plus relever de bavures malencontreuses, tant elles sont fréquentes et répétitives. L’escouade de policiers en tenue civile de la brigade criminelle est clouée au pilori.
L’un des cas les plus inquiétants remonte à avant-hier. Dans l’après-midi aux alentours 17 heures, le corps inerte d’un chef de famille de 38 ans, a été conduit à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha par des hommes de la brigade criminelle. Le défunt a été abattu d’une balle dans la tempe.

Exécutions sommaires
La police incrimine le trentenaire d’être l’auteur d’acte de kidnapping. Des témoins oculaires clament haut et fort que le suspect aurait été pris vivant par des policiers en tenue civile jeudi vers 14h 30, aux abords d’une pharmacie à Anosibe. « Quatre ou cinq coups de feu ont été tirés lors de l’arrestation. Le suspect était bien vivant lorsqu’il a été embarqué à bord du véhicule de police. Il ne me semble pas avoir remarqué la moindre trace de sang sur ses vêtements », confie Hubert Rakotondramisa, un commerçant des environs

Lire la suite

 

 

 

Publicités

Publié le 21 janvier 2017, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, Sécurité, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :