Syrie – Accord de cessez-le-feu : exit l’occident !

https://i2.wp.com/www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360/public/2016/11/25/erdogan-poutine-un-entretien-apres-les-pertes-turques-en-syrie.jpg(Image: REUTERS)

Après la libération de la ville d’Alep, les choses évoluent rapidement et positivement dans le pays. Un cessez-le-feu a en effet été conclu entre le pouvoir syrien et les rebelles qui n’avaient d’autres alternatives que de négocier après la débandade qu’ils ont subie. L’accord qui devra entrer en vigueur ce jeudi 29 décembre à minuit, est garanti par la Turquie et la Russie.

Cet accord de cessez-le-feu, qui exclut toutefois les djihadistes d’Al Qaïda et de Daesch, constitue incontestablement une victoire diplomatique de l’axe russo-irano-turc. C’est une politique de haute volée qu’ont mené Vladimir Poutine et son équipe, mettant à l’écart  les pays occidentaux en général et les USA en particulier, obligés de réagir du bout des lèvres en qualifiant laconiquement l’accord d’une « évolution positive ».

Le message est clair de la part de Poutine et d’Erdogan: une nouvelle alliance stratégique se forme entre les deux pays mais aussi avec un troisième qu’est l’Iran, pour quadriller la région. Les USA sont avertis de la nouvelle orientation politique turque. Erdogan irait-il jusqu’à quitter l’OTAN? En tout cas, Obama partant, Cameron parti, Hollande insignifiant, Merkel en campagne électorale, Poutine est devenu le nouveau maître du monde.

==============

 

Cessez-le-feu en Syrie signé par les jihadistes à l’exception d’al-Qaïda et de Daesh

https://i1.wp.com/www.voltairenet.org/local/cache-vignettes/L400xH286/arton194752-ba428.jpg

Réseau Voltaire — Un cessez-le-feu a été conclu en Syrie, a annoncé le président russe Vladimir Poutine, en présence de ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense [1]. La Russie et la Turquie s’en sont portées garants. La République islamique d’Iran qui a participé à l’élaboration de l’accord se tient discrètement en réserve.

Trois documents ont été signés par la République arabe syrienne et sept groupes rebelles représentant plus de 60 000 jihadistes :
- 1. Faylaq al-Sham (4 000 combattants)
- 2. Ahrar al-Sham (16 000 combattants)
- 3. Jaysh al-Islam (12 000 combattants)
- 4. Suvar agi-Sham (12 000 combattants)
- 5. Jaysh al-Mujahidin (8 000 combattants)
- 6. Jaysh Idlib (6 000 combattants)
- 7. Jabhat al-Shamiyah (3 000 combattants)

Les trois documents sont :
- Le cessez-le-feu (excluant al-Qaïda et Daesh) sur l’ensemble du territoire à partir de ce soir, jeudi 29 décembre 2016, à minuit heure locale.
- Les mesures visant au respect de la trêve et au déploiement des forces russes.
- Les conditions des négociations de paix qui se tiendront à Astana (Kazakhstan). L’Iran et Égypte seront associés à ces négociations et les États-Unis pourront s’y joindre une fois le président élu Donald Trump investi (c’est-à-dire après le 20 janvier 2017). L’Arabie saoudite, l’Irak, la Jordanie, le Qatar et les Nations unies seront sollicités.

L’accord brise l’unité des jihadistes en deux groupes : d’un côté ceux qui poursuivent les objectifs de l’Otan et qui ont refusé de le signer, de l’autre ceux qui ont accepté de baisser les armes.

En parrainant cet accord avec la République islamique d’Iran, la Turquie —membre de l’Otan— a renoncé à son ambition de devenir le leader du monde sunnite et s’est éloignée des États-Unis.

La Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution a annoncé qu’elle soutenait cet accord.

Au début du mois, le Qatar s’est retiré de la guerre contre la Syrie. Il est entré au capital de Rosneft, la plus grande société au monde, et a lié sa politique énergétique à celle de la Russie.

Cet accord est en discussion depuis deux mois. Les parties qui s’y opposent —particulièrement Israël et le Royaume-Uni— ont tenté de le faire échouer en assassinant l’ambassadeur de Russie à Ankara, puis en bombardant les 28 et 29 décembre l’ambassade de Russie à Damas.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne participent pas à ce cessez-le-feu. Washington a été accusé par le président Erdoğan de continuer à soutenir Al-Qaïda et Daesh, ce que l’ambassade US à Ankara a démenti. Cependant, le président sortant Barack Obama a signé, le 23 décembre, la loi fiscale de Défense autorisant la livraison d’armes à l’« opposition » (sic) en Syrie.

L’Arabie saoudite, qui n’a pas commenté l’accord, a annoncé venir en aide aux réfugiés syriens. Le royaume devrait distribuer de l’aide humanitaire, exclusivement à partir des mosquées qu’elle a installées dans les camps de réfugiés.

Le président Poutine a donné ordre à son ministre de la Défense de réduire la présence militaire russe en Syrie. Cependant, la Russie poursuivra son action contre le terrorisme (al-Qaïda et Daesh).

La guerre contre la Syrie a coûté la vie à au moins 300 000 Syriens. Elle a été planifiée par les États-Unis et leurs partenaires de l’Otan, et financée par les monarchies du Golfe.

http://www.voltairenet.org/article194752.html

 

 

 

Advertisements

Publié le 30 décembre 2016, dans Droit international, Géopolitique, Guerre, Iran, Proche Orient, Russie, Syrie, Terrorisme, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :