MADAGASCAR – Diaspora « gasy » en France : Contre le ni…ni et la Ceni pour 2018 (Midi Mkara)

https://i1.wp.com/www.ttmr8.org/uploads/5/8/1/2/58126661/27082_1.jpgLe collectif TTMR, Gif s/Yvette (France), 29/08/2016

 

La Commission Electorale Nationale Indépendante serait-elle mise sur la sellette ? En tout cas, si plusieurs partis politiques continuent à fustiger son indépendance à l’instar de la Diaspora, il y a lieu à se demander si la minorité qui lui fait confiance peut représenter le « vox populi ».

La diaspora malgache en France qui soutient Marc Ravalomanana, rassemblée dans le TTMR (Tia Tanindrazana manohana an’i Marc Ravalomanana), a adressé une lettre ouverte à l’endroit de la Communauté internationale. Selon elle, les élections organisées en 2013 n’ont pas permis à Madagascar de rompre avec la crise de 2009 et d’entrer dans une nouvelle ère de démocratie, de stabilité et de développement. La CENI, la commission mandatée par la loi d’organiser les élections, est considérée par le TTMR comme étant « un instrument piloté par la France qui sert à manipuler les résultats électoraux dans ses anciennes colonies ». D’ailleurs, la situation au Gabon en est une illustration, lit-on dans la lettre.

Afficher l'image d'origine

Faire peau neuve. Le code électoral et les différents textes qui ont trait aux élections s’avèrent être incomplets et affichent certaines imperfections. Pour la diaspora, l’heure n’est plus au sommeil. Elle incite les Malgaches à « se réveiller et cesser d’être dupes ». Mais étant donné que les questions électorales sont sensibles à Madagascar, elle appelle la Communauté internationale à « prendre en mains l’organisation des élections pour que celles-ci soient justes, libres et transparentes ». Soutenant sa lettre par des arguments plausibles, la CENI est fortement fustigée par le TTMR tout en avançant, néanmoins, des recommandations. Au préalable, le changement de la Constitution est irréversible d’après la diaspora car « les dispositions constitutionnelles sont taillées à la mesure d’une personne ». Mais surtout, il ne manque pas non plus de mettre en exergue qu’il faut « dissoudre la CENI et mettre en place une structure dont l’indépendance est formellement incontestable ». Enfin sur la question d’un éventuel « ni…ni », la diaspora précise que « la Communauté internationale doit garantir la liberté de chacun de se porter candidat aux élections ». De surcroît, et ce durant le scrutin, elle devrait « jouer un rôle d’observateur et ne pas se limiter aux résultats publiés par la future structure ». Le TTMR n’a pas oublié d’amorcer la détermination des sources utilisées par les candidats qui demeurent flous jusqu’à présent : « les fonds mobilisés par les candidats durant le processus électoral ainsi que l’utilisation des médias et des biens publics doivent être connus ». Dans la lettre, l’on peut trouver également les recommandations axées sur les droits des citoyens. Aussi, avance-t-elle que « la transparence et l’inscription des citoyens aux listes électorales devraient être automatiques » avant d’arguer que « les Malgaches devraient avoir accès aux résultats immédiatement ».

 Aina Bovel

Diaspora « gasy » en France : Contre le ni…ni et la Ceni pour 2018

SIGNEZ LA PETITION #STOP CENI

 

 

 

Publié le 5 novembre 2016, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, Océan Indien, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :