Accès à l’énergie en Afrique : une nouvelle approche pour résoudre un problème de longue date

https://i0.wp.com/blogs.worldbank.org/energy/files/energy/masami_blog_post_image_0.jpgUn homme consulte des compteurs électriques à Bamako, Mali – Crédits photo. : Aarthi Sivaraman/Banque mondiale

« Ce qui pourrait vraiment m’aider à développer mon activité, c’est l’accès à un réseau électrique fiable », me disait récemment David, un petit chef d’entreprise de Lagos, au Nigéria.
« Je suis bien d’accord. Si seulement… », lui répondait un autre.

Et pour cause. La lanterne rouge en la matière est bien l’Afrique : seul un habitant sur trois a accès à l’électricité, soit deux fois moins qu’en Asie du Sud, région du monde qui occupe l’avant-dernière place du classement. Et le tableau est encore plus sombre lorsqu’au-delà de l’accès, on se penche sur la fiabilité des sources d’électricité.

Comment ne pas s’inquiéter quand on voit que le taux d’accès n’a progressé que de 5 points de pourcentage tous les dix ans, tandis que la population bondissait de 29 % ? Si rien n’est fait pour remédier radicalement à cette situation, le continent peut dire adieu à l’universalité de l’accès à l’électricité au 21e siècle. Une perspective plus que préoccupante alors que le monde vise à concrétiser cet objectif d’ici 2030.

L’initiative « Énergie durable pour tous » des Nations Unies et les milliards de dollars engagés par le gouvernement américain dans son programme Power Africa soulignent bien l’urgence de la situation. Pour mémoire, plus d’un milliard d’individus dans le monde, dont 600 millions en Afrique, n’ont toujours pas accès à l’électricité.

Les compagnies africaines sont-elles financièrement équipées pour répondre à cet appel ?

Comment faire pour que les populations pauvres aient accès à une électricité fiable, sûre et bon marché ? Quel ménage accepterait de dépenser des fortunes pour subir au quotidien des coupures d’électricité de plusieurs heures ? Les fournisseurs d’électricité ont-ils les moyens de subventionner ceux qui en ont le plus besoin, mais qui ne parviennent pas à régler leur facture, sans pour autant compromettre leur rentabilité ?

Si l’on en croit un nouveau rapport de la Banque mondiale consacré au secteur de l’électricité en Afrique, c’est possible. Après avoir recueilli des données auprès des compagnies d’électricité de 39 pays d’Afrique, analysé les informations tirées d’enquêtes sur les dépenses des ménages dans 22 pays et passé au crible les tarifs de l’électricité également dans 39 pays, les chercheurs se sont posé un certain nombre de questions :

  • Les compagnies d’électricité africaines sont-elles viables financièrement ?
  • Peut-on rendre viables financièrement celles qui ne le sont pas ?
  • Les ménages ont-ils les moyens d’acquitter leurs factures d’électricité ?
  • Pourrait-on faire en sorte que les ménages pauvres parviennent à se raccorder au réseau à moindre coût ?
  • Les facteurs déterminant l’utilisation de l’électricité ont-ils une influence différente selon que le ménage est dirigé par une femme ou par un homme ?

Lire la suite

 

 

 

Publié le 1 novembre 2016, dans AFRIQUE, Capitalisme, Droits humains, Economie, Energie, Multinationales, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :