France – Nouvelles zones d’ombre autour de la mort d’Adama Traoré (Le Point)

La famille dépose plainte contre une policière pour « faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse et modification de scène de crime ».

Par 6Medias

https://i0.wp.com/www.lepoint.fr/images/2016/08/06/5039088lpw-5039116-article-adama-traore-mort-gendarmes-jpg_3707199_660x281.jpg

La famille d’Adama Traoré, mort lors de son interpellation le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise (Oise), a décidé de porter plainte à l’encontre d’une policière pour faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse et modification de scène de crime, a appris France 3 auprès de son avocat, Me Yassine Bouzrou, samedi. Dans la plainte transmise vendredi au procureur de la République de Pontoise, l’avocat de la famille Traoré accuse une femme officier de la police judiciaire en résidence à la brigade de recherches de l’Isle-Adam (Val-d’Oise) d’avoir reporté de fausses informations dans un procès-verbal rédigé au soir de la mort d’Adama Traoré, et censé relater le déroulement de l’interpellation durant laquelle le jeune homme a trouvé la mort.

« Les affirmations de ce procès-verbal, selon lesquelles Adama Traoré aurait commis des violences à l’égard d’un gendarme, sont contredites par tous les éléments de la procédure, et notamment les déclarations dudit gendarme », avance l’avocat. Selon l’audition de ce gendarme, lui et ses collègues ont « employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser ».

LIRE aussi Val-d’Oise : comment Adama Traoré est-il mort ?

Cette policière qui a rédigé le procès-verbal « avait nécessairement conscience de la fausseté des mentions qu’elle inscrivait sur le procès-verbal, puisqu’elle avait conversé avec ses collègues avant de le rédiger ». « Il est donc permis de penser qu’elle l’a rédigé dans le dessein de protéger ses collègues et de nuire à la manifestation de la vérité dans le cadre de l’enquête relative aux causes de la mort de M. Adama Traoré », estime Me Bouzrou.

« De nombreux actes d’enquête » effectués sans consigne

Par ailleurs, l’avocat de la famille d’Adama Traoré affirme que cette policière aurait procédé « à de nombreux actes d’enquête », notamment en mettant sous scellés différents éléments, alors qu' »aucune instruction ne lui avait été donnée » en ce sens par le parquet de Pontoise. Le site Mediapart avait effectivement révélé vendredi que cet officier de la police judiciaire a « décidé de ne pas attendre les consignes » du magistrat de permanence au parquet de Pontoise et qu’elle a « pris l’initiative d’isoler les militaires du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) ayant participé » à l’interpellation d’Adama Traoré.

Mediapart ajoute que la policière avait également « procédé, sans être manifestement habilitée à le faire, à une saisie d’une pièce importante pour l’enquête, à savoir le polo porté par l’un des gendarmes, maculé de traces rougeâtres s’apparentant à du sang« .

Lire l’intégralité de l’article

 

 

 

Publié le 7 août 2016, dans Droits humains, France, Médiamensonges, Racisme, Uncategorized, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :