MADAGASCAR – Festivités à Mahamasina: Un cauchemar sans précédent (Mcar Tribune)

https://i1.wp.com/www.madagascar-tribune.com/local/cache-vignettes/L720xH481/arton22214-248ba.jpg

Un engin explosif lancé dans la matinée du côté sud du lac Anosy, alors que se déroulent les défilés au stade de Mahamasina ; un pan de la clôture côté Institution Sainte Famille dans l’après-midi alors que des rangées de spectateurs longent le mur pour pouvoir entrer au stade et assister au podium ; et vers 19h le spectacle finissant et que Jerry Marcos a fini sa prestation et que Stéphanie allait monter en scène ; alors que le président de la République et sa famille, venus assister eux aussi au spectacle, ont quitté les lieux, une grenade explose à quelques mètres de l’estrade. Tout porte à croire que c’est la terreur organisée. C’est sans nul doute un défi contre les forces de sécurité qui ont promis des mesures draconiennes de protection pour que la population et les autorités et les défilés et spectacles se déroulent dans le calme et dans une véritable liesse populaire.

On se demande d’ailleurs comment une grenade a-t-elle pu entrer au stade pour arriver près des artistes alors que les responsables des forces armées ont fait faire des fouilles systématiques – du moins pour les défilés de la matinée. La vigilance policière s’est sans doute relâchée. Ou bien doit-on penser que les fouilles étaient uniquement pour les défilés et le spectacle de la matinée mais qu’elles n’ont pas été prévues pour les « fêtards » du podium ? Par ailleurs, beaucoup ont noté l’absence de dispositifs de secours, genre Croix Rouge ou autres services de « protection civile » soit de la commune soit de l’Etat sur les lieux du spectacle.

En tout cas, les artistes Jerry Marcos et Stéphanie l’ont échappé belle. Ce qui n’a pas été le cas de nombreux spectateurs anonymes qui ont subi la déflagration de l’engin mortel -une grande offensive, une arme de guerre comme l’a dit le Premier ministre. L’attentat nous rappelle l’explosion d’une autre grenade sous les étalages d’un marchand de rue à Anosikely du temps de Richard Ravalomanana, alors commandant de la Circonscription inter-régionale de la Gendarmerie d’Antananarivo. La grenade a explosé alors que les spectacles sont terminés et que la foule prenait le chemin de leur domicile et empruntait cette voie et ce grand carrefour.

http://www.madagascar-tribune.com/Un-cauchemar-sans-precedent,22215.html

 

 

 

Publié le 27 juin 2016, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, Océan Indien, Terrorisme, Uncategorized, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :