MADAGASCAR – Le gouvernement risque de perdre le combat (Mcar Tribune)

Le gouvernement de combat d’Olivier Mahafaly fait face à plusieurs zones d’attaques à quelques semaines après son entrée en fonction. Les foyers de tension se multiplient comme jamais.

Côté Cour

Côté cour, la filière judiciaire détient la palme avec les grèves, pour le moment illimité des pénitenciers et des greffiers. Les syndicats respectifs de ces deux corps affirment qu’ils ne reprendront le travail qu’une fois toutes leurs revendications satisfaites de manière concrète ; la dotation de fourgons aux pénitenciers ne suffit pas. L’opinion publique ne sait plus quelles sont ses revendications, elles sont tellement nombreuses. Les avocats par le biais du bâtonnier Hubert Raharison, volent au secours du public et par ricochet du gouvernement en rappelant que les contribuables qui paient leurs salaires sont les premières victimes de ces grèves sans service minimum et illimité. Conséquences immédiates de ces grèves : ne pouvant pas déférer les suspects au parquet, les postes de police et de la gendarmerie voient leurs cellules débordées. Au niveau de la Police nationale dans la capitale, on compte plus d’une centaine d’individus en garde à vue ou sous mandat de dépôt entassés dans les cellules de ses établissements. La Police nationale est très inquiète : faut-il dans des conditions de plus en plus inhumaines dans lesquelles ces « prévenus » sont détenus, être obligé de relâcher tout le monde ? Raison pour laquelle les policiers menacent aussi de « manifester » mais on ne sait pas encore de quelle manière.

D’un autre côté, les prisonniers qui ont terminé leurs peines ne peuvent pas, semble-t-il, sortir faute de document officiel. Donc, les portes des prisons sont fermées de part et d’autre, ou presque pas totalement, puisque la prison de Toliary ne l’était pas. Une trentaine de prisonniers sont encore en cavale pour le moment et le gardien chef accuse certains de ses subordonnés d’être à l’origine de la journée de porte ouverte qui a permis l’évasion des prisonniers. Le jeune nouveau ministre de la justice Charles Andriamiseza, semble complètement désemparé. A ce rythme, il risque d’être en tête de liste des responsables destitués après trois mois. Car à en croire le Premier ministre, il va démettre ceux qui sont incompétents après trois mois voire tous les trois mois.

Lire la suite

 

 

 

Publié le 4 mai 2016, dans AFRIQUE, Madagasikara - Crise, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :