Francophonie – Michaëlle Jean mènerait un train de vie de reine

Afficher l'image d'origine

PARIS | La secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, ferait passer des dépenses personnelles élevées, notamment l’achat d’un piano à queue d’environ 20 000 $ , sur les comptes de son organisation, estime un cadre de l’OIF qui juge cette pratique non conforme.

 

À la lumière des factures présentées aux services comptables de l’OIF, «les dépenses pour l’aménagement et l’équipement de la nouvelle résidence de la secrétaire générale ont été faites sans une allocation budgétaire préalable […] et certaines grosses dépenses ont été réglées directement par des membres de la famille de la secrétaire générale, puis soumises à régularisation – remboursement sur factures», a expliqué au journal français L’Opinion un des cadres de l’OIF qui désire garder l’anonymat.

Cette source précise que certains équipements, dont le piano, ont été achetés «manifestement pour un usage privé alors que les textes de l’Organisation n’autorisent pas de tels engagements».

De plus, souligne le cadre, les textes interdisent le recrutement d’un chauffeur et l’utilisation d’un véhicule de l’OIF pour un usage familial, ce qui a été fait, toujours selon cette source, qui dénonce aussi les dépenses de voyage exorbitantes de la québécoise.

 

Un séjour de 50 000 $

Ainsi, pour un voyage du 24 au 28 septembre dernier à New York, la facture pour le séjour de Mme Jean et ses collaborateurs au prestigieux hôtel Waldorf Astoria s’est élevée à près de 50 000 $ US.

Ces révélations surviennent alors même que Michaëlle Jean, qui a été la 27e gouverneure-générale du Canada, procède à une grande réorganisation interne de l’OIF, et qu’il «est exigé du personnel de l’Organisation de continuer à serrer la ceinture et, d’une façon générale, à l’Organisation de réduire ses charges de fonctionnement», a précisé la source au journal L’Opinion.

 

Réactions de l’OIF

Le porte-parole de Michaëlle Jean, Louis Hamann a indiqué au journal que la secrétaire générale de l’OIF ayant souhaité «faire de sa résidence officielle un lieu de travail et de réception où elle peut recevoir des personnalités […] la résidence se doit d’être équipée adéquatement, notamment d’un piano pour mettre en valeur les talents de la francophonie lors de certaines réceptions».

Publié le 3 avril 2016, dans AFRIQUE, France, Haïti, Néo-colonialisme, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :