MADAGASCAR – L’opposition refuse de jouer son rôle au parlement (Madonline)

Afficher l'image d'origine

Existe-t-il une opposition politique à Madagascar actuellement ? La question se pose à un moment où personne ne souhaite occuper la fonction du septième vice-président du Sénat destinée à l’opposition tandis que le poste de chef de l’opposition au niveau de l’Assemblée Nationale est resté vacant.

Très récemment, l’ancien président Marc Ravalomanana a laissé entendre que, faute de compromis, il pourrait prendre officiellement sa place au sein de l’opposition. Depuis longtemps, le leader du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao, a poussé le TIM à quitter le gouvernement mais cela n’a jamais été concrétisé.

Le 24 février, lors de l’élection du bureau du Sénat, ni le TIM de l’ancien président Marc Ravalomanana, ni le MAPAR e l’ex-chef de la Transition, Andry Rajoelina, n’a souhaité prendre sa place en tant qu’opposant en occupant le poste de vice-président destiné à l’opposition. Officiellement, ainsi, l’opposition n’existe pas au niveau du parlement malgache.

C’est bien la première fois pourtant, dans la Grande Ile, qu’un poste de chef de l’opposition est officialisé au niveau du parlement. Après avoir joué habituellement leur rôle dans les salles de réunion ou dans la rue, l’opposition hésite encore à jouer un nouveau rôle au niveau du parlement. Andry Rajoelina a toujours affirmé qu’après avoir soutenu Hery Rajaonarimampianina lors des élections de fin 2013, il lui est impossible d’assumer pleinement un rôle dans l’opposition. Cela ne l’empêche toutefois pas de s’opposer, dans les faits, aux dirigeants issus du HVM.

Le flou persiste ainsi. Pour le moment, les partis politiques qui se sont officiellement prononcés « opposants » sont pratiquement invisibles sur l’échiquier politique étant donné qu’ils ne comptent aucun membre élu au parlement. Paradoxalement, ceux qui se sont de facto opposés au parti au pouvoir ne souhaitent pas arborer officiellement l’habit d’opposants. Ce qui rend souvent compliqué la prise de décision pour les élus qui sont souvent contraints de changer de camp au gré des intérêts et des influences.

 

Source: http://www.madonline.com/lopposition-refuse-de-jouer-son-role-au-parlement/

Nota: La photo d’illustration est de la rédaction de TG

 

 

Publié le 29 février 2016, dans AFRIQUE, Madagasikara - Crise, Océan Indien, Uncategorized, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :