Interview à Iavoloha – Rajaonarimampianina se décharge des responsabilités (L’Express)

Pdt

Pour ses deux ans de mandat, le président de la République s’est prêté au jeu de l’interview en direct. Tout en défendant son bilan, le chef de l’État s’est, aussi, dédouané des aléas sociaux bouillants.

Parade. Pour marquer le 2e anniversaire de sa prestation de serment, le 25 janvier 2014, qui sonne le début de son 3e année de mandat, Hery Rajaona­rimam­pianina, président de la République, s’est plié au jeu de l’interview en direct dans l’émission « Ady gasy », de la Rnm-Tvm, hier, au palais d’État d’Iavoloha.
Durant plus d’une heure, ses interviewers ont donné la latitude nécessaire au chef de l’État pour défendre son bilan et répondre aux rafales de critiques. Il s’est, notamment, dédouané face aux faits de société les plus sensibles de ces deux dernières années.
Presque tous les sujets qui ont animé l’actualité durant les deux premières années de mandat de Hery Rajaona­rimampianina ont été abordés. Chaque question semble avoir été posée pour permettre au chef de l’État de bétonner son cheminement dans la conduite des affaires étatiques, mais également pour qu’il puisse plaider sa cause face aux multiples blâmes de l’opinion. « Le Président ne se défile pas face à ses responsabilités », a déclaré le président de la République.
Sur certains sujets, le chef de l’État a, pourtant, imputé l’essentiel des charges soit à des entités locales, soit à des organisations syndicales ou à l’inconscience collective. Le plus récent des problèmes de société concerne la salubrité et la réfection des routes d’Antananarivo.
« (…) Tout le monde a sa part de responsabilité dans le développement, surtout les autorités. Ce n’est pas l’apanage du Président. Le problème des ordures devrait-il concerner directement le Président, alors qu’il suffirait que chacun fasse son travail pour qu’il soit résolu », a-t-il soutenu.
Sur l’incapacité de la société Jirama à satisfaire les besoins des abonnés, jusqu’ici, alors que qu’à son investiture, le locataire d’Iavo­loha avait annoncé que le délestage serait résolu « en trois mois », et qu’à cela s’ajou­te maintenant le problème d’alimentation en eau potable, il réplique, notamment, « je ne me défile pas, mais nous héritons d’un problème épineux et profond (…) ». Concernant les difficultés de la société Air Madagascar pourtant, le Président a identifié les responsables : les employés qui ont tenu plusieurs semaines de grève, oubliant qu’il était président du conseil d’administration de la compagnie quand celle-ci a acquis les Airbus controversés.

Lapsus
Sujet incontournable, la politique a aussi été abordée hier. Le sujet plus récent concerne les débats autour des élections sénatoriales. Selon Hery Rajaonari­mampianina, qui s’est posé en défenseur du Hvm, les différentes critiques sur la sincérité du scrutin du 29 décembre sont des manœuvres des politiciens et de certaines entités politiques, pas fairplay et qui ont mal préparé les joutes électorales. La Haute cour constitutionnelle (HCC), reconnaît pourtant, l’existence de tentative d’influencer le secret du vote dans la province de Toliara.

LIre la suite

 

 

 

Publié le 30 janvier 2016, dans AFRIQUE, Madagasikara - Crise, Océan Indien, Uncategorized, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :