British Airways célèbre les 40 ans du Concorde (Air Info)

British Airways : vol en formation de Concorde

Il y aura quarante ans demain, le Concorde réalisait son premier vol commercial et British Airways rend hommage à cet avion mythique.

Le 21 janvier 1976, le Concorde de British Airways effectuait son vol inaugural à destination de Bahrein. Celui d’Air France, mis en service le même jour, avait choisi une autre direction et s’envolait pour Rio de Janeiro, via Dakar. L’aile delta et le mince fuselage rendait la silhouette du Concorde reconnaissable entre toutes. Elle attirait les regards de ceux qui à Londres comme à Paris le voyait revenir de destinations lointaines en un temps record. Il lui fallait un peu moins de trois heures trente pour relier Londres et New York contre environ huit heures pour les avions subsoniques. C’est d’ailleurs sur cette ligne le 7 février 1996, dans le sens New York-Londres, que le Concorde a établi un record de vitesse pour la traversée de l’Atlantique par un avion civil, en deux heures, 52 minutes et 59 secondes. Vingt ans après, cette performance n’a toujours pas été égalée.

British Airways avait configuré l’avion pour 100 passagers, répartis en deux cabines, 40 à l’avant et 60 à l’arrière. A bord, le service était bien sûr à la hauteur des tarifs. La compagnie se souvient qu’au menu du vol inaugural figuraient Champagne Dom Perignon 1969, canapés de caviar et homard, filet de bœuf, salade de cœur de palmier sauce Roquefort et fraises fraîches. A cette époque, fumer dans les avions était autorisé et les clients se sont vus proposer des “havanes” . Mais le vol réservait aussi un spectacle inoubliable : Concorde volait à l’altitude de 18.000 mètres, entre la stratosphère et l’ionosphère, si bien que la courbure de la terre se révélait au travers des hublots.

British Airways donne d’autres détails : sous l’effet de la chaleur intense liée à la vitesse, le Concorde s’allongeait de 15 à 25 centimètres durant le vol. En fait, chaque élément devenait brûlant, y compris les hublots. L’avion fut utilisé à l’occasion de vols passagers pour transporter des organes humains, mais aussi des diamants et des devises.

Après 27 ans d’opérations, le Concorde de British Airways fut retiré du service le 30 août 2003 à l’issue d’un vol en provenance de la Barbade, quatre mois après celui d’Air France. Aux commandes ce jour-là, le commandant Mike Bannister, chef pilote des Concorde. Ce dernier pilote de l’ère supersonique est retourné à Heathrow cette semaine pour inspecter l’exemplaire “Alpha Bravo” qui est exposé au bout de la piste 27L.  “Il se porte comme un charme pour ses 40 ans. Je suis enchanté que des millions de gens arrivant à Heathrow puissent apercevoir l’un des grands amours de ma vie” , raconte Mike Bannister.

Lire la suite avec photos

 

 

 

Publié le 20 janvier 2016, dans Europe, Grande Bretagne, Transport, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :