MADAGASCAR – Santé : Au moins trente-deux morts de la peste en cinq mois (L’Express)

santé

En cinq mois, la peste a fait au moins trente-deux victimes à Madagascar. La saison pesteuse
ne devrait pourtant se terminer que vers avril.

Une information qui est passée presque inaperçue. Douze personnes ont succombé à la peste bubonique à Amparafaravola en décembre. Ce qui porte à au moins trente-deux le nombre de décès dû à cette épidémie saisonnière depuis le début de la saison pesteuse en août 2015.
Les premiers cas de la saison pesteuse de 2015-2016 avaient été détectés à Mora­manga durant la dernière semaine du mois d’août. Huit personnes avaient alors été annoncées mortes de peste pulmonaire. Douze cas avaient été recensés mais les quatre autres patients ont vite été isolés pour éviter toute propagation de la mala­die, d’autant que la peste pulmonaire paraît nettement plus contagieuse que la peste bubonique. Placés sous haute surveillance et en isolement, les patients n’ont pu rentrer chez eux qu’une fois bien rétablis, et sans risque de contaminer d’autres.
La situation semble avoir été vite maîtrisée à Mora­manga, mais dès septembre, deux cas mortels ont été enregistrés à Tsiroanomandidy et deux autres à Ambohi­dratrimo. Puis, les 18 et 24 septembre, deux hommes âgés respectivement de 20 et de 50 ans ont succombé à la peste à Faratsiho dans le Vaki­nankaratra. Onze cas avaient été détectés, mais pris en charge à temps, les neuf au­tres patients ont pu être sauvés.
Vers la fin du mois d’octobre, le ministère de la Santé publique a encore annoncé deux décès à Ambalavao, dans la Haute Matsiatra, et deux autres à Manandriana dans l’Amoron’i Mania. D’autres cas avaient été annoncés dans d’autres régions, mais aucun décès n’y avait été alors déploré. Deux jours plus tard, les « faire-part » officiels de décès dûs à la peste concernent le district de Miarinarivo. Jusqu’à ce fameux rapport de la gendarmerie faisant état de douze morts à Amparafaravola, le nombre de victimes de la peste s’élevait donc officiellement à vingt personnes.

Lire la suite

 

 

Publié le 5 janvier 2016, dans AFRIQUE, Droits humains, Environnement, Madagasikara - Crise, Océan Indien, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :