France contre Afrique Noire « Francophone »

Sphinx HEBDO

Confrontées aux difficultés socio-économiques et financières sans précédent, apeurées par l’idée de perdre le statut de grande Puissance (si elle en a véritablement été), les autorités françaises multiplient des  stratégies, commandent des Rapports dans différentes officines  et Cabinet d’Etudes où se côtoient agents secrets, vieilles barbouzes et nostalgiques des réseaux  d’une époque à jamais révolue. Ils  élaborent des scénarii de toutes natures dont la finalité est la main mise éternelle  de la France sur les matières premières et ressources(uranium, gaz, pétrole, or, diamant..) des Etats africains dits  francophones.

Nombre de ces Rapports et Etudes sont directement commandés soit par le Quai d’Orsay (Ministère des Affaires Etrangères), soit par l’Elysée (Présidence de la République). Financés et sponsorisés par les Firmes Multinationales françaises(FMN) pour le compte du gouvernement, ces Rapports ont une dimension et orientation stratégiques que les autorités, pour atteindre ces objectifs, appliquent autoritairement aux Chefs d’Etat africains dans l’attribution des marchés publics. Aussi, les entreprises françaises, malgré leurs faiblesses structurelles et leur  manque de compétitivité parviennent toujours paradoxalement à décrocher  des marchés publics même dans des secteurs où leur expertise et expérience sont très approximatives.

Recoloniser plus brutalement l’Afrique Noire dite francophone, piller et exploiter au maximum afin de maintenir artificiellement  plus haut le niveau de vie des  populations françaises, c’est l’objectif majeur que s’assignent des Rapports et Etudes que commandent les Dirigeants français depuis quelques années.

C’est dans ce registre qu’il faut situer le Rapport Védrine (du nom de l’ex-ministre des Affaires Etrangères de François Mitterrand, Hubert Védrine). Votre journal, Le Sphinx Hebdo, en exclusivité, en a fait largement écho dans ses précédentes éditions. Le Rapport Védrine est un document de près de 131 pages. Elaboré à la demande du Ministère de l’Economie et des Finances, avec l’appui d’une équipe composée de la Direction  Générale du Trésor, de l’Agence Française de Développement(Afd) et de l’Inspection Générale des Finances. Pour sa réalisation, M. Hubert Védrine a rencontré des personnalités et Institutions ci-après :

-les Ministres des Finances de la zone CFA

-les Ambassadeurs africains en France

-les Banques africaines de Développement (dont la Banque ouest africaine de Développement

-les Banques Centrales africaines (BEAC et BCEAO)

-le Fonds Monétaire International(FMI) ; la Banque Mondiale(BM)

-l’Union Européenne

-les Firmes Multinationales(FMN), dont Lafarge (dans la cimenterie) ;Alstom ;Total ;Air France

-les Associations professionnelles dont le MEDEF (Mouvement des Entreprises de France)

Conseil  des Investisseurs Français en Afrique(CIAN)

Dans le secteur financier :

-l’Agence Française de Développement(AFD)

-Paris Europlace ;Proparco ;Caisse des Dépôts et des Consignation

-Banque  Publique d’Investissement etc.…

Il faut préciser que l’actuel Premier Ministre du Bénin  le franco-béninois Lionel Zinzou  ex-Conseiller Spécial de Laurent Fabius est l’un des concepteurs et rédacteurs de ce funeste Rapport Védrine. Tout un symbole à quelques semaines de son intronisation  comme Président du Bénin par les Autorités françaises. Pour rappel, M. Lionel Zinzou est un membre des ténébreux réseaux maçonniques, Conseiller et Cadre à la Banque Rothschild, grand Ami de M. Alassane Dramane Ouattara et défenseur invétéré du FCFA, pré-positionné comme futur Président du Bénin par Paris. Les Béninois doivent désormais  savoir qu’il s’agit d’un Vautour qui sera en mission commandée dès février 2016 s’il est élu à la magistrature Suprême de ce pays.

Le Rapport Védrine s’achève par « la France est en déclin commercial sur ses positions historiques. Sa place a fortement reculé sous l’effet conjugué d’une implantation massive des pays émergents :Chine, Inde, Brésil, Turquie, Pays d’Afrique du Nord et du développement de la présence économique des Puissances industrielles dans une Afrique prise dans le mouvement de la globalisation et l’extinction des chasses gardées postcoloniales »,et de conclure « il est vital et urgent d’agir. Demain sera trop tard. Notre Avenir en tant que grande Puissance dépend de notre présence en Afrique Noire. L’Avenir de la France et du peuple français se trouvent en Afrique Noire ».

Un an après, le Président François Hollande commande un Rapport similaire  sur la Francophonie comme « moteur de croissance  économique et vivier des marchés pour les Entreprises françaises ».Sous la supervision de M. Jacques Attali : ex-Conseiller Spécial de François Mitterrand .Ce dernier dans ce Rapport, invente un  nouveau concept, celui de la « Francophonie Economique » ; une trouvaille fort alléchante auprès des forces néocoloniales  endogènes. Le «  Rapport Attali » est un document de 221 pages où la Francophonie Economique est  présenté comme moyen de survie pour la France et instrument qui figure désormais dans l’agenda diplomatique de ce pays en direction de l’Afrique Noire francophone.

Pour la reconquête de l’Afrique Noire, le Rapport Attali  avance 53 propositions regroupées autour de 7 axes principaux ci-après :

-Augmentation de l’offre d’Enseignants de la langue française et du Français en France et partout dans le monde

-Renforcement et extension de l’aire culturelle francophone grâce notamment à la construction par des entreprises de salles de cinéma en Afrique Francophone

-Ciblage de 7 secteurs clés liés à la Francophonie  afin de maximiser la croissance économique en France

-Promotion de l’Identité française pour mieux exporter les produits français  et  conquête de nouveaux  francophiles

-Structuration des réseaux des influenceurs francophones et francophiles en créant un « Réseau des Ministres de l’Economie francophones »

-Création d’une Union Juridique et Normative francophone avec un notamment un guichet douanier pour les  Francophones dans les aéroports des pays  francophones

-Création à terme d’une Union Economique francophone aussi  intégrée que l’Union Européenne.

Pour les intérêts économiques, géopolitiques et géostratégiques, la langue française vient à la rescousse d’une France en quasi-faillite, comment instrument de sa diplomatie impériale.

Présenté au Président Hollande en août 2014, le Rapport Attali débute par « la langue française est  et doit devenir plus qu’avant un moteur de croissance et créatrice d’emplois en France ».

Le Sphinx Hebdo, qui milite pour une information décolonisée, lance un vibrant appel à tous les Africains d’Afrique et à ceux de la diaspora en disant clairement aux autorités françaises que les Africains ne sont pas nés pour vivre éternellement à genoux devant le dernier Empire colonial du 21ème siècle qu’est la France.

Armand  Roger Biloa  Mballe   (pour Le Sphinx Hebdo)

 

Paru dans: http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-21536.html

 

Publié le 27 décembre 2015, dans AFRIQUE, Françafrique, France, Néo-colonialisme, Uncategorized, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :