Madagascar – Non respect des droits de l’Homme : La société civile dénonce des cas d’exécutions sommaires par des militaires (Midi)

Velompanahy Aristide a parlé de la convention pour la sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. (Photo Nary Ravonjy)Velompanahy Aristide a parlé de la convention pour la sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. (Photo Nary Ravonjy)

Après les natifs de l’Androy, ce fut au tour de la plateforme «Rassemblement des Associations Régions » (Rare) de dénoncer les exactions perpétrées par les forces de l’ordre. Décidément, ces derniers temps, des associations ont apporté leurs points de vue sur la mise en œuvre de l’Etat de droit dans le pays.

La plateforme «Rassemblement des Associations Régions» (RARE) hausse le ton sur le non-respect des droits de l’Homme. A cet effet, elle a tenu une conférence de presse, hier, au restaurant « Telozoro», à Andrefan’Ambohijanahary. Cette plateforme pointe du doigt les forces de l’ordre, notamment dans le cadre de l’opération «Fahalemana». Les familles des victimes, celles résidant à Tsiroanomandidy ont ainsi apporté leurs témoignages, elles ont parlé notamment des arrestations arbitraires suivies d’exécutions sommaires. Selon leurs dires, elles ont même subi des pressions de la part des autorités locales. Quoi qu’il en soit, elles n’entendent pas rester les bras croisés, même si elles n’ont pas encore eu gain de cause auprès des autorités compétentes.

Libertés fondamentales. Selon le président national de RARE, Velompanahy Aristide, « il y a plusieurs domaines où les droits de l’Homme ne sont pas respectés. Le sujet abordé aujourd’hui porte notamment sur « la convention pour la sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ». Et d’ajouter que « l’association est contre les exécutions sommaires que ce soit de la part des forces de l’ordre que de celle des malaso ». Cet ancien ministre a ainsi cité ce qui se passe actuellement dans le Sud du pays. Avec notamment le phénomène Dahalo qui reste un  problème crucial pour le pouvoir central et que jusqu’à preuve du contraire, « l’opération Fahalemana » n’est pas encore arrivée à bout.

Traités internationaux. Concernant le focus sur les droits de l’Homme à Madagascar, 6 traités internationaux sur 10 ont été ratifiés par Madagascar. Les sujets abordés, lors de cette rencontre avec la presse, portent notamment sur la lutte contre l’ignorance. RARE propose ainsi des réformes en profondeur du système éducatif. Il suggère la valorisation du travail, une politique de santé, nutritionnelle et de logement. La plateforme dénonce également ce qu’elle qualifie de « corruption à ciel ouvert ». Sur ce point d’ailleurs, elle s’insurge contre le népotisme et le favoritisme qui gagnent du terrain dans le pays. Tout cela rentrant dans le cadre de la mise en œuvre de l’Etat de droit. A cet effet, elle va procéder à une collecte de signatures portant notamment sur la convention pour la sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Une autre collecte de signatures différemment de celle des Iles éparses.

Dominique R.

http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2015/12/17/non-respect-des-droits-de-lhomme-la-societe-civile-denonce-des-cas-dexecutions-sommaires-par-des-militaires/

 

 

Publié le 17 décembre 2015, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, Terrorisme, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :