Le terrorisme « sous fausse bannière »! Par Karim Mohsen

L\'art de déclarer des guerres, sous de faux prétextes....L’art de déclarer des guerres, sous de faux prétextes….

IRIB- Les attentats, souvent sanglants, de la dernière décennie – en particulier, les tout derniers en date – présentaient beaucoup de similitudes?…,

avec des faits de même nature, s’étant déroulés sous «fausse bannière (false flag)», aux XXe et XIXe siècles, avec pour objectif de porter la suspicion sur des adversaires déclarés, des pays que l’on veut impliquer, dans les violences, et/ou avoir le prétexte d’entrer dans la confrontation armée. En remontant l’histoire des violences, (politiques et armées), de ces dernières décennies, on s’aperçoit que deux pays: les Etats-Unis et Israël détiennent la timbale, dans ce domaine. Ils apparaissent même, comme les spécialistes du terrorisme, dit «sous fausse bannière», c’est-à-dire, sous une nationalité «d’emprunt», ou usurpée. C’est, exactement, ce que faisaient les pirates et flibustiers, qui écumaient les mers et les océans, au XVIIIe et XIXe siècles. Etats-uniens et Israéliens ont, ainsi, remis cette pratique au goût du jour, en commettant ou commanditant des attentats meurtriers, pour des raisons de stratégie nationale, et/ou dans l’optique de susciter la peur, voire, la terreur. C’était un fait connu, qui n’a pas échappé aux législateurs internationaux, lesquels, dès les débuts du XXe siècle, se penchèrent sur la question. C’est ainsi qu’en 1907, la Convention de La Haye, (Pays-Bas), reconnaissait cette action, dans son article 231, lequel interdisait «l’usage impropre» de l’uniforme ennemi. Cette formulation a été corrigée, après la Seconde Guerre mondiale, par un amendement, qui en levait l’ambiguïté, en précisant que c’est «l’usage des armes, sous uniforme ennemi», qui est visé. Ces attentats, sous fausse bannière, comme en témoignaient, notamment, les opérations «Gladio», ne sont, donc, pas nouveaux, et constituent un des éléments clés, dans les luttes entre les grandes puissances, pour affermir leur position et conquérir de nouveaux territoires. Aujourd’hui, une certitude est établie: les attentats anti-américains de 2001 étaient, de toute évidence, des faits, «sous fausse bannière», préparés, conjointement, par la CIA, (Etats-Unis), et le Mossad, (Israël). Des chercheurs et experts indépendants américains, notamment, sont remontés jusqu’aux sources des commanditaires de ces attentats, citant, en particulier, des Israéliens. Or, autant les Etats-Unis qu’Israël ne sont pas à leurs débuts, dans ces méfaits, qui ont berné le monde, pour accuser des pays ou des groupes, totalement, étrangers à ces évènements. Fabriquer de faux prétextes de guerres est même une spécialité très américaine, qui, dès 1845, fut mise en pratique contre le Mexique, dans la politique d’expansion territoriale de Washington. Pour ceux qui ne le savent pas, le Nouveau Mexique, la Californie, le Texas et la Floride, en particulier, étaient, à l’origine, des territoires mexicains. D’ailleurs, des villes, comme Los Angeles, San Francisco, San Diego, San Antonio, ont gardé leur nom espagnol d’origine. De fait, le député Abraham Lincoln, [16e Président US, de 1860 à 1865], fit reconnaître, par le Congrès, «le caractère mensonger de ce casus belli». En fait, toutes les guerres auxquelles les Etats-Unis ont pris part l’ont été sous de faux prétextes, fabriqués pour ce faire. Nous citerons, dans ce contexte, l’explosion, à la fin du XIXe siècle, de l' »USS Maine » et la guerre contre l’Espagne, à Cuba, le torpillage du Lusitania, pour l’entrée, dans la Première Guerre mondiale, (1914-1918), Pearl Harbor, pour la Seconde, (1939-1945), et le golfe du Tonkin, pour l’embrasement du Nord-Vietnam, (1964). Dans cette pratique, Israël ne le cède en rien à son mentor américain. Bien avant la création du régime d’Israël, les groupes terroristes de la Haganah, du Stern et de l’Irgun avaient mené des attentats contre la Grande-Bretagne, sous le couvert d’Arabes et de Palestiniens. Dès 1946, l’Irgun commit un attentat meurtrier contre l’hôtel King David, quartier-général des autorités britanniques, à Qods, faisant 91 morts, en majorité, britanniques. Le commando était dirigé par Menahem Begin, futur Premier ministre israélien. Citons, aussi, l’affaire, connue sous le nom de «Affaire Lavon», du nom du ministre israélien de la Défense, Pinhas Lavon, en 1954. Un commando, constitué de Juifs égyptiens travaillant pour l’«Aman», (service de renseignements militaires israéliens), commit une série d’attentats contre des édifices britanniques et américains, en 1954, avec pour but de nuire aux relations entre l’Egypte nassérienne et les pays anglo-saxons. En 1986, c’est sur la base de faux du Mossad, soit-disant illustrant le soutien de Tripoli au terrorisme que les Etats-Unis avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne bombardèrent la Libye, occasionnant des destructions et de nombreux morts. En fait, la liste n’est pas exhaustive et Etats-uniens et Israéliens sont passés maîtres, dans ces traîtrises de la «fausse bannière». Il ne faut pas jouer à l’autruche ou mettre des oeillères, en effet, ces deux pays, en particulier, sont la cause de millions de morts, en Afghanistan, en Syrie, en Irak, en Libye et en Palestine.

http://francophone.sahartv.ir/infos/chronique-i11575-le_terrorisme_sous_fausse_banni%C3%A8re_!_par_karim_mohsen

 

 

 

Publié le 5 décembre 2015, dans Droit international, Droits humains, Géopolitique, Guerre, Histoire, Impérialisme, Israël, Médiamensonges, Occident, Terrorisme, Uncategorized, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :