MADAGASCAR – Opération Fahalemana : Condamnation à mort par vote secret à Isandra (Express de Mcar)

dahalo

Trois officiers de l’opération «Fahelemana» ont débarqué à Anjomo Itsara, lundi. Ils ont organisé un vote secret pour démasquer les présumés chefs dahalo. Ayant obtenu 65% des suffrages, un homme a été abattu.

L’opération «Fahalemana» provoque un séisme dans le district d’Isandra, à Fianarantsoa. Dans la matinée de mardi, un habitant du village de Beanana, dans la commune rurale d’Anjomo Itsara, répondant au nom de Monja, a été fusillé. Un vote secret, tenu la veille à l’initiative de quatre officiers de l’opération «Fahalemana», censés mener une campagne de sécurisation dans cette zone, lui a coûté la vie. Le maire d’Anjo­mo Itsara, plusieurs de ses chefs fokontany, un gendarme principal hors classe, commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie à Fanjakana, des notables, et plus d’un millier de villageois ont été témoins du suffrage.
Selon un rapport transmis aux autorités, un capitaine et deux lieutenants des Forces armées sont arrivés à Anjomo Itsara, lundi après-midi, pour demander au fokonolona, de procéder à un vote, afin de démasquer le dahalo le plus redouté qui cohabite avec les villageois. D’après le document, 1 170 votants sont enregistrés. Monja, l’individu abattu, a obtenu 65% des suffrages exprimés, soit sept cent soixante-et-un voix. Le lendemain en début de matinée, l’homme montré du doigt comme étant un bandit, a été capturé pour ensuite être fusillé.
Si d’une part, des associations et des organisations non gouvernementales, oeuvrant pour la défense des droits de l’homme, dénoncent des abus ainsi que des exécutions sommaires, une partie de la population d’Isandra, plus que jamais sidérée par la spirale de violence, ainsi que les sévices des dahalo qui font plonger dans la terreur, les zones les plus sensibles du district, louent cette action des militaires de l’opération Fahale­mana qui ont fait parler d’eux.
Ce qui vient de se passer à Isandra est le troisième cas similaire à être signalé. Le dimanche 1er novembre, dans la commune de Vinanitelo, à Vohibato Fianarantsoa, il a été décidé dans une réunion entre le maire et le fokonolona que, tout individu blacklisté sera livré aux Forces  armées, pour être fusillé. Sous l’impulsion d’une foule décidément résolue à éliminer les personnes figurant sur la fameuse liste noire, un habitant du chef-lieu de la commune a été le premier à y passer. Il est soupçonné d’avoir trempé dans des actes de banditisme commis dans les environs.

Lire la suite

Publié le 14 novembre 2015, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :