MADAGASCAR – Antananarivo, la ville des eaux stagnantes !

(Photo: FB)

Les premières pluies sont synonymes de galère pour la capitale à cause des infrastructures non entretenues. Aucun travail d’assainissement n’a été mené jusqu’à maintenant, si bien que les canaux d’évacuation ne jouent plus leur rôle en provoquant systématiquement l’inondation dans les bas quartiers surtout. Les routes sont devenues des marécages quasiment impraticables sauf pour les véhicules adaptés au tout terrain ou les …charrettes alors que ce n’est que le début de la saison !

Pourtant, à écouter la nouvelle équipe municipale, rien ne permet de prévoir une amélioration à court ou moyen terme. Patrick Ramiaramanana, le 1er adjoint au Maire a notamment déclaré que « La commune urbaine d’Antananarivo n’a pas un sou pour entreprendre les travaux de curage des 150 km de canaux d’évacuation de la capitale ni d’entretenir les routes en mauvais état ». Ceci est du en grande partie, selon toujours le premier adjoint, au manquement de l’Etat dans le versement des aides destinées aux collectivités territoriales.

Le problème c’est que la population ne connaît pas forcément les rouages administratifs et financiers entre l’Etat et la CUA. Ce qu’elle constate c’est qu’elle est toujours dans la même galère qu’aux temps des PDS et les eaux stagnantes malsaines qui inondent les quartiers. Manifestement, elle s’apprête encore à vivre dans la détresse d’une nouvelle saison de pluie alors que la promesse de campagne de Mme Lalao Ravalomanana et son équipe s’appuyait notamment sur ces domaines, y compris le financement nécessaire.

Ceci étant, si la nouvelle majorité municipale compte sur les aides de l’Etat pour financer ses réalisations, ce serait soit faire preuve de naïveté politique, soit prendre les électeurs pour des prunes. Car, la bande à HVM ne manquerait pas de leur faire des croche-pattes à chaque fois que c’est nécessaire, à l’instar de Rivo Rakotovao qui a déjà annoncé la couleur en déclarant que « La moitié du budget de mon ministère sera destinée à la commune. Mais ce budget, comme il est insuffisant, ne sera donné qu’aux communes qui en ont vraiment besoin ». Autrement dit, je donne aux autres mais pas à la CUA !

Disons, qu’à la décharge du TIM, il ne doit pas être très aisé de survivre entre le Mapar, son ennemi juré et le HVM, son allié stratégique issu de la grande famille des putschistes. Mais ça, la population ne veut rien savoir.

TG

Publié le 5 novembre 2015, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :