MADAGASCAR – Diplomatie : Le Président acculé au sujet des îles éparses (L’Express Mada)

diplomatie

Députés et hommes politiques réclament la position officielle du chef de l’État sur les déclarations de l’ambassadeur français concernant les îles éparses. Reconquérir ces îles ne sera pas aisé.

Provocation. Un mot utilisé lors d’une conférence de presse, hier, pour qualifier les déclarations de Véronique Vouland, ambassadeur de France à Madagascar, qui avait soutenu que les îles éparses sont françaises. En réaction, députés et hommes politiques ont revendiqué une prise de position officielle de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, face aux propos de la diplomate.
« Nous demandons que le chef de l’État fasse part de sa position par rapport aux déclarations de l’ambassadeur français. Car pour l’instant, personne ne se rappelle qu’il y ait eu cession des ces îles aux Français, votée par l’Assemblée nationale. Aussi, si la diplomate a proféré de fausses allégations, nous demandons qu’elle soit invitée à quitter le pays dans les 24 heures », a déclaré le professeur James Ratsima, de l’association « Asandrato ny Fireneko », devant la presse au Live Hôtel Andavamamba, hier. Ce lundi 2 novembre est la date butoir donnée au locataire d’Iavoloha.
Si jusqu’alors, les personnalités politiques se disant nationalistes étaient les seules à monter au front pour réclamer une réaction active de l’État sur les îles éparses hier, quelques députés ont rejoint leurs rangs. Bien qu’ils n’aient été que quatre à faire face à la presse, l’entrée des parlementaires dans la mêlée donne une nouvelle dimension aux revendications. À entendre les dires du député Brunelle Razafitsiandraofa et consorts, ils comptent, en effet, porter le débat à Tsimbazaza.
Réanimées lors du premier face-à-face entre les deux finalistes des élections présidentielles en 2013, les îles éparses, partie intégrante de la zone économique exclusive (ZEE) malgache sont, depuis, devenues une thématique politique importante. Malgré les termes du droit international et la demande de rétrocession des Nations unies, en 1975, la France refuse toujours de rendre ces îles à Madagascar.

Rapport de force
Réparties entre l’océan Indien et le canal de Mozam­bique, les îles Europa, Bassas da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin sont trustées par l’Hexagone depuis la colonisation.

Lire la suite

 

 

Publié le 31 octobre 2015, dans AFRIQUE, colonisation, Droit international, Energie, Françafrique, France, Géopolitique, Madagascar, Madagasikara - Histoire, Océan Indien, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :