MADAGASCAR – Traite de personnes – L’ex-député Mektoub et son assistante incarcérés (Express Mada)

Inculpés pour traite de personnes, l’ancien député et son assistante sont depuis hier incarcérés. Des documents accusateurs et des temoignages leur ont valu la prison.

Le parquet a infligé un cinglant camouflet à l’ancien député et ex-membre du Conseil Supérieur de le Transition (CST) Camille Omar El Mektoub. Inculpé pour traite de personnes, il a été placé en détention préventive
hier à la maison d’arrêt d’Antanimora, après avoir été traduit devant le parquet. Son assistante, une  jeune femme âgée de vingt-quatre ans a partagé le même sort. Arrêtée samedi à Fianarantsoa, cette dernière partage avec lui le même centre carcéral.
Camille Omar El Mek­toub est le représentant d’une compagnie internationale de recrutement de travailleuses, basée en Arabie Saoudite. Malgré le gel en 2013 de l’envoi de travailleuses dans les pays à risque du Golfe, une filiale malgache basée à Mahazoarivo, dont il est le premier responsable,  a procédé à une exportation de main d’œuvre.
Dans la matinée de vendredi, alors qu’une centaine de candidats à un périple hasardeux pour l’Arabie Saoudite, avaient affaire à l’agence à Mahazoarivo, les forces de police ont débarqué sur les lieux.
Les travailleuses ont été du coup embarquées à bord d’un camion des Forces d’Intervention de la Police (FIP), qui les a conduites au siège de la brigade criminelle à Anosy. L’ancien parlementaire a été mis dans le même sac qu’elles.

Lire la suite

***********************

TRAITE DES PERSONNES (selon l’ONUDC – Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime)

Qu’est ce que la traite des personnes ?

L’Article 3 du Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, « l’expression « traite des personnes » désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes ».

Chaque année, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont victimes de la traite des personnes dans leur pays ou à l’étranger. Par la contrainte, la duperie ou la force, ils sont exploités pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes. Presque tous les Etats sont touchés par ce crime contre l’humanité, comme pays d’origine, de transit ou de destination des victimes. La traite des êtres humains peut être une entreprise lucrative et les responsables sont souvent liés à la criminalité organisée. Pourtant, la traite affectant généralement des individus en marge de la société, peu de ces trafiquants sont jugés et la plupart des victimes ne seront probablement jamais identifiées et aidées.

ONUDC agit pour que cela change. Nous aidons les Etats à lutter contre la traite des personnes, à protéger les victimes et à poursuivre les coupables en justice, en accord avec le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée.

ONUDC aide les Etats dans la production de lois et de stratégies intégrales contre la traite et les assiste dans leur mise en œuvre. Nous offrons une assistance spécialisée, incluant le développement de capacités et d’expertise locales, et les outils pour encourager la coopération internationale dans les investigations et les poursuites. ONUDC rassemble également l’opposition internationale à la traite des personnes dans le secteur privé, la société civile, les médias et l’opinion publique grâce à l’Initiative globale pour combattre la traite des êtres humains (UN.GIFT) et la Campagne Cœur bleu. ONUDC joue aussi le rôle de secrétariat pour le Groupe de coopération inter-agences contre la traite des personnes, réunissant plusieurs entités onusiennes ainsi que d’autres organisations internationales.

http://www.unodc.org/unodc/fr/human-trafficking/

 

Publié le 2 octobre 2015, dans AFRIQUE, Arabie Saoudite, Droits humains, Justice, Madagascar, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :