La Grèce plus que jamais sous la tutelle des créanciers

Le nouveau plan d’aide de 85 milliards d’euros à la Grèce ne laisse que très peu de marge de manœuvre au gouvernement Tsipras, une forme de tutelle que les Grecs ont déjà vigoureusement rejetée par le passé et dont le principe comme les résultats posent question.
Les quelque 400 pages du mémorandum d’accord, qui va très loin dans le détail des conditions à remplir en échange de cette manne financière vitale, couvrent un champ extrêmement vaste, de la réforme de la justice aux règles du licenciement collectif en passant par la politique des transports – sans compter les objectifs budgétaires très ambitieux fixés à la Grèce, qui vont nécessiter des mesures d’austérité drastiques. Les contrôles qui seront effectués par les institutions (UE, BCE, Mécanisme européen de stabilité et FMI) « sont les mêmes, formellement, que dans les deux précédents plans d’aide » en 2010 et 2012, accompagnés de 240 milliards d’euros de prêts.
En revanche, dans leurs exigences « les créanciers sont plus précis sur les mesures à prendre et le calendrier », note Frédéric Allemand, spécialiste de l’Europe à l’institut d’études CVCE, basé à Luxembourg. Ils veulent ainsi obliger les boulangeries à vendre le pain en fixant un prix au kilo et non plus à l’unité, pour stimuler une diversification de l’offre, ou prolonger la durée légale de conservation du lait pasteurisé dans les rayons des supermarchés.
Autre élément nouveau : la création d’un fonds de privatisations de 50 milliards d’euros – des ports, des aéroports, les chemins de fer sont concernés –, géré par Athènes, mais supervisé par les institutions internationales. Leur contrôle sera d’autant plus strict que les deux premiers programmes sont « loin d’avoir livré des résultats satisfaisants », en partie pour cause d’« insuffisante mise en œuvre » de la part du gouvernement grec sur fond de « récession profonde et d’instabilité politique », selon une étude publiée fin juillet par le think tank bruxellois Bruegel. Ces risques, tant économiques que politiques, n’ont pas disparu et pourraient faire échouer le nouveau plan d’aide. Les exigences des créanciers vont obliger la Grèce à « mener de nouvelles et sévères coupes budgétaires. Avec l’économie qui plonge, cela pourrait s’avérer contre-productif », soulignent dans une note les économistes d’ABN Amro.

Lire la suite

Lire aussi:

Trahison: l’aile gauche de Syriza fustige le gouvernement grec

Publié le 15 août 2015, dans Economie, Finances, Grèce, Union Européenne, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :