L’autre visage de la FRANCAFRIQUE: Proximité suspecte du fils de Laurent Fabius avec le régime de Faure Gnassingbé

Togo  – La Françafrique tel un phénix qui renaît de ses cendres, décrite comme des relations incestueuses sur fond d’intérêts énormes qui lient les politiques français de tous bords aux dictateurs sous les tropiques a encore de beaux jours devant elle. Les fameux discours sur la rupture ou l’acte de décès de cette nébuleuse de François Mitterrand à François Hollande en passant par Nicolas Sarkozy n’ont en réalité été que de la poudre aux yeux pour enfumer une certaine opinion africaine. Jean Pierre Cot, Jean Marie-Bockel et Laurent Bigot ont tous payé de leur audace à s’attaquer à cette hydre qui fait l’affaire de tous les politiques de l’hexagone.
La Françafrique, ce ne sont pas les intermédiaires, l’argent sale qui circule entre les palais présidentiels africains et l’Elysée; mais ce sont aussi les bases militaires françaises disséminées sur le continent, l’épineuse question du franc CFA. Si François Hollande ne s’est pas encore prononcé sur les deux derniers sujets jugés très sensibles, il a tout de même donné sa vision du premier. A Dakar le 12 octobre 2012, il promettait la fin de la Françafrique en ces termes : « Le temps de la Françafrique est révolue, il y a la France et il y a l’Afrique », avant de poursuivre que les officines et les intermédiaires trouveront désormais portes closes à l’Elysée.

Une intervention accueillie avec réserve et circonspection par des leaders d’opinion africains qui, des années avant, ont déjà entendu le même discours, les mêmes phrases. Trois ans après l’arrivée de François Hollande au pouvoir, les officines et les intermédiaires continuent la ronde entre les régimes ultra corrompus africains et les décideurs français, mais la manœuvre est plus subtile qu’avant.

Parmi les pays qui ont été des pourvoyeurs de fonds aux politiques français, on cite la plupart du temps le Gabon de feu Omar Bongo, le Congo Brazzaville de Denis Sassou Nguesso, le Burkina Faso de Blaise Compaoré, la Guinée Equatoriale d’Obiang Nguema, et naturellement le Togo des Gnassingbé du père en fils. Dans l’Ouvrage La République des Mallettes de Pierre Péan, on peut lire : « En 2002 également, Blaise Compaoré a désigné Salif Diallo, son ministre de l’Agriculture, pour acheminer à Paris 3 millions de dollars dissimulés dans quatre djembés : les longs fûts en bois de ces tambours se prêtent bien au remplissage. Robert Bourgi se souvient de ce dimanche soir où, avec un proche mobilisé pour l’occasion, il est arrivé dans la cour d’honneur de l’Elysée avec Salif Diallo. Il se rappelle avoir porté avec l’assistante de Villepin un tam-tam particulièrement lourd jusqu’au bureau de ce dernier au premier étage, dans l’aile ouest ».

Et l’auteur de poursuivre : « Autres souvenirs de Bourgi : les 2 millions que Mobutu a fait sortir, en 1995 et 1996, d’une grande banque des Champs-Elysées, afin que Bourgi les porte à Dominique de Villepin ; les 5 millions de dollars de Bongo, jusqu’à ce que le président du Gabon mette à la diète l’intéressé en 2005 ; les 2 millions de Sassou, acheminés à l’Elysée, au Quai d’Orsay, à la Place Beauveau et à Matignon ; le million d’Abdoulaye Wade et l’autre million donné par Obiang Nguema lors d’un déjeuner place Beauveau qui réunissait Abdoulaye Wade, Karim, son fils, Obiang, Bourgi et Dominique de Villepin ». Dans cette foire aux Papa Noel animé par les dirigeants africains dans l’espoir d’un soutien au pouvoir, Laurent Koudou Gbagbo présenté comme un nationaliste anti-français s’est aussi invité dans l’arène.

Morceau choisi, toujours dans l’ouvrage de Pierre Péan : « La première scène qu’il raconte a pour cadre le Plaza-Athénée, à Paris, dans la suite de Laurent Gbagbo, en juin 2001. Il est entouré d’Eugène Allou, directeur du protocole d’Etat, Jacques Anouma, président de la Fédération ivoirienne de football et à l’époque conseiller financier du président ivoirien, de Paul Bohoun-Bouabré, ministre des Finances. Des monceaux de billets verts sont éparpillés sur la moquette. Trois millions de dollars ? Les collaborateurs du nouveau Président ivoirien s’appliquent à faire des petits tas bien nets, avant de les déposer dans des boites à cigares. Une fois leur travail terminé, les boites sont enveloppées dans une grande affiche publicitaire pour la nouvelle Austin Cooper, et le gros paquet fourré dans un sac. Eugène Allou, le plus ancien compagnon de Gbagbo est choisi pour accompagner Robert Bourgi à l’Elysée, où il doit remettre le sac à Dominique de Villepin ». Tout ce détour pour revenir au Togo où la famille Gnassingbé au pouvoir depuis 50 ans n’est pas moins généreuse vis-à-vis des dirigeants français.

Togo, les milliards des Gnassingbé et l’ambiguïté de la politique française

Lorsqu’évoque les dictateurs africains qui nourrissent régulièrement les politiques français de l’argent sale, feu Gnassingbé Eyadema n’était pas en pôle position. Et pourtant, il ne ménageait aucun effort pour dépouiller le pays de ses ressources au profit des Français. Il débloquait des sommes qui donnent le vertige. En 1995, Jacques Chirac, maire de Paris, ami personnel de feu Gnassingbé Eyadema n’était plus très loin du Palais de l’Elysée. Mais un obstacle majeur était encore sur son chemin et avait pour nom Edouard Balladur. Une rivalité feutrée plus ouverte décrite par la presse française comme la « guerre des amis de 30 ans ». Entre les deux gaullistes, Gnassingbé Eyadema qui possédait l’art de lire dans les boules de cristal (sic) avait son choix, c’est Chirac.

Selon les confidences d’une source proche du régime sous couvert de l’anonymat, Gnassingbé Eyadema a décidé d’apporter un soutien financier à son ami à hauteur de 17 milliards de francs CFA, soit 26 millions d’euros aujourd’hui. Cette somme en devise française à l’époque, bien dissimulée dans des sacs militaires a été acheminée à Paris via l’aéroport d’Orly par l’avion présidentiel a bord duquel se trouvaient un marabout, un bouillant général des FAT aujourd’hui à la retraite, un fils d’Eyadema très en vue aujourd’hui. Une fois atterri à Orly, la délégation fut récupérée et le reste s’est déroulé dans les locaux de la mairie de Paris. Une histoire que certains croiraient invraisemblable; et pourtant c’est plus qu’une réalité comme bien d’autres qui sortiront un jour.

En retour, Jacques Chirac alors président ne s’est jamais privé, parfois de façon ostentatoire, de défendre son ami dictateur Eyadema nonobstant les élections frauduleuses, les nombreuses atteintes aux droits de l’homme jusqu’à la fin de son règne. Plus grave, au décès le 5 février 2005 du général Eyadema, non seulement il s’est empressé de déclarer qu’il a perdu un « ami personnel », mais aussi il a déployé tout un réseau mafieux pour imposer son fils à la tête du pays au prix de l’assassinat d’un millier de Togolais. Depuis, il s’est évertué par une diplomatie souterraine pour que l’ONU ne donne pas une suite au rapport Doudou Dieng qui a conclu à 500 morts.

Ce soutien inconditionnel, le pouvoir togolais l’a obtenu avec des billets de banque distribués comme de petits pains aux politiques français, à des diplomates et à des dirigeants ouest africains dont Mamadou Tandja et Olusegun Obasandjo. Une fois au pouvoir, Nicolas Sarkozy qui connaît bien le pédigré mafieux du régime togolais ne manifestait pas d’enthousiasme à l’égard de Faure Gnassingbé. Mais cette distance ne le privait pas de rappeler au régime de Lomé, les intérêts de l’Hexagone. C’est ainsi qu’en décembre 2007, en marge d’une conférence internationale, Nicolas Sarkozy volant au secours de son ami Bolloré en guerre contre Jacques Dupuydauby pour le contrôle du Port autonome de Lomé, a lâché cette phrase à Faure Gnassingbé : « Quand on aime la France, faut penser à ses intérêts ». La suite s’est jouée à la veille de la présidentielle de 2010 avec l’éviction spectaculaire de Jacques Dupuydauby du Port autonome de Lomé au profit de Vincent Bolloré. La France est subitement devenue muette sur les élections frauduleuses togolaises, les violations des droits de l’Homme, le musellement de la presse.

Le Général De Gaulle l’avait si bien dit : « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ». François Hollande a promis des relations plus saines, multiplié les discours sur la disponibilité de la France à se tenir aux cotés des peuples en lutte pour la liberté, la démocratie; mais là aussi, ce sont des mirages et le cas togolais s’avère aujourd’hui le plus scandaleux en Afrique que la France continue de soutenir discrètement.

Thomas Fabius, le fils de Laurent Fabius au service de la dictature des Gnassingbé

La Françafrique est un monstre à plusieurs visages, une mafia à multiples facettes. C’est donc sous ce prisme qu’il faut lire les relations entres les dictateurs africains, les politiques français et leurs proches.

En 2010, le gouvernement de Faure Gnassingbé au sortir de la présidentielle frauduleuse, a lancé un curieux programme dénommé ATENS (Avançons ensemble), en partenariat avec le groupe des Hautes Etudes Commerciales (HEC) Paris. Un programme de renforcement des capacités managériales des cadres de l’administration togolaise qui a vu défiler à Lomé des conférenciers français tels que Hubert Védrine le 25 juin 2010, Michel Rocard le 14 septembre 2010, Jean-Pierre Raffarin le 7 février 2011, Laurent Fabius le 8 décembre 2011, et Dominique Bussereau le 9 juin 2013. Ces grosses pointures de la politique française n’ont pas défilé dans la capitale togolaise gratuitement. Ils ont non seulement séjourné aux frais de la princesse, mais certainement rémunérés même si les organisateurs se contentent de déclarer que leur séjour est à situer dans le cadre du partenariat. La Françafrique, c’est aussi cela.

Parmi ces conférenciers, se trouvait un certain Laurent Fabius qui étaient arrivé au Togo au moment où la France était en campagne électorale ( sic). Il sera plus tard ministre des Affaires étrangères. Et depuis trois ans, c’est son sulfureux fils Thomas Fabius qui arpente les couloirs de la présidence togolaise. Le jeune entrepreneur de 33 ans connu pour ses frasques, objet de plusieurs enquêtes en France, a de nouveau séjourné ces jours-ci au Togo. Quel genre d’affaires fait-il exactement avec les tenants du pouvoir de Lomé ? On ne tardera pas à le savoir.

On sait qu’il a atterri dans l’aéropage des personnalités côtoyant le pouvoir de Lomé sur recommandation d’une personnalité de la Côte d’Ivoire. Cet amateur des jeux de hasard a déjà de solides relations auprès de IBK au Mali par l’intermédiaire du Corse Michel Tomi mais aussi des entrées en Centrafrique où son père Laurent Fabius est l’un des plus grands défenseurs de Catherine Samba Panza, la présidente par intérim. Robert Bourgi, toujours lui, en sait beaucoup plus sur les secrets de cette présence en Afrique du fils de Fabius. Interrogé par le journal Mondafrique, il déclare : « Vous savez, même si je m’exprime peu, je suis au courant de beaucoup de choses. Je me suis laissé dire qu’il y était parce qu’il y a des choses à gratter là-bas, si vous voyez ce que je veux dire. Je ne porte aucune accusation, mais le diamant a tourné la tête et tournera la tête à beaucoup de gens, pendant l’ère Hollande, Sarkozy, Chirac et Mitterrand ». La fortune obscures de Thomas Fabius et ses activités controversées sur le continent où il a des entrées dans de nombreux palais présidentiels pendant que son père tient les affaires étrangères de la France ne sont-elles pas un mélange de genre ?

Dans le cas d’espèce du Togo, on voit bien comment Laurent Fabius et son patron François Hollande jouent à la complaisance avec le régime de Faure Gnassingbé, l’une des dictatures les plus pernicieuses encore en Afrique francophone. Malgré le scandale et les fraudes qui ont émaillé le dernier scrutin, la France par la voix de son ambassadeur à Lomé Marc Fonbaustier, s’est déclarée satisfaite. A Paris où il était récemment en tournée, Jean- Pierre Fabre, le leader de l’ANC et candidat du CAP 2015 a entendu de la bouche de ses interlocuteurs au Quai d’Orsay et à l’Elysée : « Nous savons que Faure Gnassingbé à volé les élections, il les a volées de plus de 20 points, mais nous ne pouvons rien faire ». Autrement, on sait qu’ils ont volé, mais débrouillez-vous ! Voilà en quoi se résume le message.

Où sont passés les professions de foi sur les élections justes et transparentes, la limitation de mandat, la bonne gouvernance etc. de François Hollande ? Le Président français peut-il se mettre dans la posture du grand défenseur de la démocratie au Benin et fermer en même temps les yeux sur les dérives de toute sorte du Togo voisin ? De toute façon, tôt ou tard, le peuple togolais qui a tellement encaissé, finira par se débrouiller. Et le jour où il prendra son destin en main, la France risque de perdre pied au Togo comme elle en a perdu au Rwanda.

Mensah K. (L’ALTERNATIVE N°443 du mardi 28 juillet 2015)

Source: http://www.icilome.com/articles/?idnews=810072&t=L-autre-visage-de-la-Francafrique:-Proximite-suspecte-du-fils-de-Laurent-Fabius-avec-le-regime-de-Faure-Gnassingbe

Publié le 2 août 2015, dans AFRIQUE, Droits humains, Françafrique, France, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :