MADAGASCAR – Vie universitaire : La menace d’une année blanche pointe son nez

Les enseignants chercheurs et chercheurs enseignants membres du syndicat Seces poursuivent leur grève. Ils réfutent les accusations portées contre eux et déclarent qu’ils ne sont en aucune manière, en train de manipuler les étudiants qui manifestent en dehors et dans l’enceinte de l’université. Le leader du Seces section Antananarivo a exprimé ce 23 juillet la détermination des enseignants syndiqués dans leurs revendications et déclare que le risque d’impact du mutisme et de la non résolution de leurs problèmes sur les prochains examens du baccalauréat et concours d’entrée à l’université est grand. Ils boycotteront le déroulement des épreuves du Bacc. À certains égards, le Seces Antananarivo réclame tout simplement la fermeture de l’université publique du moment que l’État ne souhaite pas appliquer la loi car leurs revendications ou plutôt les solutions à leurs problèmes figurent déjà dans les lois de finances successives depuis 2010.

Lire la suite

Publié le 24 juillet 2015, dans AFRIQUE, Education, Madagasikara - Crise, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :