Les contradictions du capitalisme

VILA

La première survient quand les capitalistes proposent non pas des biens et des services pour combler les besoins de la population mais des « marchandises » avec pour unique raison d’empocher des profits puis de les réinvestir pour enclencher un nouveau cycle économique profitable. Cette contradiction ne saute pas aux yeux et c’est pour cela que le capitalisme a eu, un temps, un écho favorable.

La deuxième survient quand le capitaliste exige de la productivité de la part du salarié en robotisant et en automatisant, afin d’obtenir d’être plus compétitif vis-à-vis de la concurrence. Mais dans ce cas-là, il entre moins de valeur travail dans la valeur de la marchandise. Et c’est donc autant de moins de plus-value à exproprier.

La troisième survient quand, le salaire s’amenuise et donc la consommation tout autant. Le marché solvable rétrécit tandis que les capacités de production s’intensifient et inondent les marchés de produits ayant de moins en moins de valeur marchande, pour de moins en moins de clients en mesure de consommer.

La quatrième survient quand les banquiers et les financiers sont amenés à libéraliser le crédit afin de faire consommer aux salariés leurs salaires anticipés. Ils espèrent ainsi continuer à empocher leurs profits qui bientôt ne seront jamais produits puisque la crise économique s’approfondira. Mais plus les salariés empruntent, plus son pouvoir d’achat se réduit car il doit en plus rembourser les intérêts. La publicité est là pour activer le temps de cerveau disponible pour renforcer le besoin factice d’objet inutile.

Mais attention, je ne voudrais pas laisser croire que le capitalisme tombera comme un fruit mur, celui-ci est très résiliant, il a plus d’un tour dans son sac. Quand la farce de la démocratie bourgeoise sera complètement cramoisie et qu’après avoir enlevé les 50 couches de poudre (une par an) sur les yeux, la population s’apercevra que la démocratie n’a été que de façade, alors le plan B interviendra. Ce plan B est à la fois attendu par les forces progressistes car ce sera la preuve manifeste que les idées marxistes sont bien fondées mais le plan B est aussi redouté car les capitalistes n’auront aucun scrupule à enclencher l’option fasciste et les premières victimes de cette guerre (interne ou externe) seront les militants progressistes puis ce sera le tour des boucs émissaires, les musulmans semblent tenir la corde pour jouer le rôle des juifs il y a 75 ans. C’est ça qui est bien avec le capitalisme, c’est qu’on sait par avance comment cela va se passer, mais bon après de là à s’en prémunir, il nous faut encore deux bonnes guerres mondiales.

Source: »» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/05/l…

Publié le 24 mai 2015, dans Capitalisme, Crise économique, Finances, Impérialisme, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :