MADAGASCAR – Le HVM pratique la dictature

Abus d’autorité

Le HVM pratique la dictature

Le parti HVM abuse de son statut de parti au pouvoir pour se permettre de toutes dérives autoritaires Ses partisans l’ont manifesté à Vohibato ouest. Mais, en haut lieu, on fait comme si de rien n’était pour laisser toujours ces pratiques se répandre. Mais Hery Rajaonarimampianina, lui, perd la face dans l’histoire.

Bonne gouvernance au sein des collectivités territoriales décentralisées n’est que vain mot pour ce régime qui prétend tout faire, et tout comprendre. Le parti HVM de Rivo Rakotovao, au pouvoir et sans partage, abuse de son autorité, même des moindres, pour faire appel et pression aux membres dans les contrées éloignées. A Vohibato Ouest, une lointaine commune de la région Haute Matsiatra, le maire, partisan du parti HVM, ose utiliser le cachet de la commune rurale pour faire appel à une réunion du parti présidentiel. La convocation de réunion est ainsi au nom même de la mairie de Vohibato Ouest alors que l’ordre du jour était la présentation du futur candidat maire du parti HVM à la prochaine communale. La pratique est tellement louche qu’autant elle mérite condamnation et châtiment. Dans les pays comme la Birmanie, ou la Corée du Nord, elle est très courante. Le maire, un certain Paul Arthur Rasabotsy, abuse ainsi de ses autorités qui lui sont conférées par l’électorat de Vohibato à des fins partisanes. Pourtant, le maire étant un officier public, devrait ainsi garder sa stricte neutralité, et seulement agir au nom de l’intérêt général, dans l’exercice de ses fonctions. La mairie de Vohibato vit alors par et pour le HVM grâce son maire Paul Arthur Rasabotsy.
En haut lieu, on bande les yeux face à cette dérive du parti HVM. On joue l’aveugle dans le camp présidentiel. Mais le jeu fait perdre autant de crédit au régime dans le cadre de l’effectivité de l’Etat de droit. Hery Rajaonarimampianina en fait son dada, mais ses entourages, eux, baignent dans les pratiques illégales. Ce cas de Vohibato n’est que goutte d’eau dans l’océan, des pratiques illégales pareilles existent certainement au niveau d’autres communes. Mais pourquoi, le parti HVM semble obliger d’abuser de l’autorité de ses membres pour cueillir des voix dans les circonscriptions ? Dans les zones rurales, comme dans les villes urbaines, le régime est en perte de vitesse. Du coup, il mobilise tous les moyens nécessaires, même illégaux, pour récolter des voix et espérer une adhésion de la population. La méthode est digne des pays où la dictature est la seule règle qui gère la vie politique. Même au niveau des chaînes nationales, aussi bien à la TVM que dans les ondes de la radio nationale, ce diktat du HVM de Rivo Rakotovao est bien ressenti par beaucoup d’observateurs.

La Nation.mg

Publié le 19 mars 2015, dans AFRIQUE, Madagasikara - Crise, Madagasikara - Histoire, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :