MADAGASCAR – D’une grève à une autre

Il fallait s’y attendre. Le limogeage sur fond de rancune du Directeur général du Trésor public constitue un nouveau tournant dans la vie politique du pays. C’est curieux que le remplacement d’un premier responsable du Trésor public devienne un événement politique d’envergure internationale. Mais c’est pourtant la situation quand on constate les diverses réactions ici et là. Dans un message sur le réseau social Twitter, l’ambassadeur de France à Madagascar, François Goldblatt a écrit :

« Limogeage du Directeur général du Trésor : un très mauvais signal pour les bailleurs de fonds quant aux orientations futures de l’exécutif ». Il également écrit dans un autre message : « doit-on y voir un refus d’entendre les appels des bailleurs de fonds à une meilleure gouvernance? »
C’est rare que des diplomates réagissent à un limogeage d’un haut commis de l’Etat. En tous cas, ce n’est pas véritablement la personne d’Orlando Robimanana qui est à l’origine de ce genre de réaction, mais l’approche des chefs de l’Exécutif. Il y avait un conflit latent entre le désormais ancien Directeur général du Trésor et le chef du parti au pouvoir, le HVM. Le limogeage n’a pas été réellement motivé par des raisons techniques mais il a été décidé en raison de ce conflit. C’est un secret de Polichinelle. Et c’est là que le bât blesse.
En tout cas, les employés du Trésor public sont entrés en grève. Le limogeage de leur Directeur général est considéré par les employés comme un affront. Car la démarche a des dessous pas très clairs. C’est la rancune qui a primé sur la logique politique et la logique de la gouvernance.
Outre les récentes revendications de différents corps professionnels de la fonction publique, qui ont déjà fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers temps, les agents du Trésor Public entrent aussi dans la danse. II y a des risques actuellement concernant le paiement des salaires des fonctionnaires. Si les agents du Trésor Public maintiennent la pression, il se peut que le règlement des soldes des fonctionnaires et le paiement des pensions des agents de l’Etat retraités connaissent un retard. Dans ce cas, le mouvement des employés du Trésor risque d’entrainer un autre mouvement d’une ampleur inimaginable.
Tous les régimes successifs dans le pays devaient passer par ce genre d’épreuve. Mais d’une grève à l’autre, l’image d’un régime est progressivement ternie. Ce qui conduit à une impopularité indéniable. C’est le régime en place qui se trouve en danger quand les grèves se succèdent. L’équipe au pouvoir espère venir à bout de tous ces mouvements de contestation et de revendication en cours. Ce n’est pas du domaine de l’impossible. Mais même si les dirigeants vont s’en sortir, ils n’en sortiront jamais requinqués, mais plutôt affaiblis. D’une grève à une autre, les dirigeants finiront par se fragiliser dangereusement. Mais, il est rare qu’ils en soient conscients.

J. Nantenaina

http://www.lanation.mg/article.php?id=17800

Publié le 13 mars 2015, dans Finances, Françafrique, Madagasikara - Crise, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :