MADAGASCAR – Téléthon pour les victimes de Chedza et de la famine dans le Sud: 170 millions Ar (60 000€)! Les Malagasy ne sont pas dupes.

L’appel à solidarité avec les sinistrés de Chedza et les victimes de la famine dans le Sud n’ a récolté que 170Millions Ar, soit 60000€. Le résultat n’est point à la hauteur de l’espérance gouvernementale, c’est même carrément ridicule. Mais l’essentiel est peut être sauf. HVM et sa bande ont en effet réussi à faire diversion de la commémoration de la journée du 7 février, cette journée noire où un vrai carnage a eu lieu, tuant plus d’une trentaine de personnes et ce, suivant un plan machiavélique bien organisé des putschistes pour s’emparer du pouvoir et faire porter la responsabilité du massacre au Président Ravalomanana.

Certes, la situation est plus que dramatique car, outre le passage du cyclone Chedza, la sécheresse sévit sévèrement dans le Sud. Au total, les 2 catastrophes ont fait 178 morts (dont plus d’une centaine liée à la sécheresse) et 200 000 sinistrés, d’après le BNGRC (1).

Mais, les Malagasy ne sont pas dupes. Ils ne refusent pas la solidarité avec leurs compatriotes mais ils fustigent et désapprouvent  la pratique gouvernementale qui joue la fibre sentimentale et tape sur leur conscience. Ils n’acceptent pas d’être pris pour des imbéciles, et pour cause.

Gouverner c’est prévoir! Le gouvernement a-t-il mené une vraie politique de prévention en matière de risques cycloniques alors même que Madagascar est concerné tous les ans ? Il doit y avoir de l’argent public consacré à cette prévention ou pour faire face aux situations d’urgence. Où est cet argent public ? Comment est-il utilisé ?

Rappelons seulement que le gouvernement a alloué un budget de 13 milliards d’Ar, soit plus de 4,2 Millions d’Euros, soit encore 27 000 Euros par député pour équiper chaque député en « outil de travail » qui n’est autre que les fameux 4X4. Les Malagasy ne sont pas aveugles devant une telle indécence, et ils ont voulu montrer que plus on donne, plus les poches de ces insatiables dirigeants gonflent. Si le régime voulait faire de cette journée de solidarité nationale un test grandeur nature de confiance ou de  popularité, eh bien le trou est béant et qu’il se méfie grandement car les Malagasy n’ont aucune confiance en lui.

Pas question donc que le peuple ou qui que ce soit se substitue au gouvernement dans son rôle. S’il ne se sent pas à la hauteur, qu’il en tirerait les conséquences qui s’imposent.

TG

(1) Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes

Publié le 8 février 2015, dans AFRIQUE, Droits humains, Madagasikara - Crise, Madagasikara - Histoire, Uncategorized, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :