Géopolitique des faits : La médiatisation des crimes contre les noirs serait-elle un test d’opinion avant l’occupation de l’Afrique ?

Les faucons occidentaux, débordés par les pays BRICS, accélèrent leur plan d’envahissement de l’Afrique. La forte médiatisation des actes racistes anti noir dans le monde est un test d’opinion pour mesurer et apprivoiser la réaction du reste du monde entier en cas d’invasion de l’Afrique.

« Les faits sont têtus » disait Lénine, entendant par-là que les décisions ou actions humaines devaient prendre en compte des réalités naturelles et historiques sans espérer pouvoir les modifier ou les remettre en cause. En effet, depuis des années, il y’a une succession des faits qui montre que les faucons occidentaux n’ont, selon eux, pas d’autre choix que d’accélérer l’envahissement de l’Afrique. Leur plan se déroule sous nos yeux au rythme d’une succession des faits qui ne trompent pas. La médiatisation actuelle des actes racistes anti noir dans le monde et notamment aux Etats-Unis est le dernier test d’opinion pour mesurer et apprivoiser la réaction du reste du monde entier en cas d’invasion. Certes, la grande partie de la communauté internationale réagirait très brutalement en cas d’invasion brutale de l’Afrique par les occidentaux. C’est pourquoi les faucons occidentaux ont mis sur pied un plan à long terme qui va mettre cette communauté sur les faits accomplis. Ce plan ne marche que grâce à la complicité très active des dirigeants africains actuels dont certains excellent dans la destruction de l’Afrique. Ce plan consiste à utiliser tous les moyens pour affaiblir, diviser, isoler et chosifier les africains de façon que leur élimination ou leur réduction dans les camps de concentration soit une solution acceptable aux yeux du monde. Si la phase invisible du plan est cruellement économique et militaire, la phase la plus visible du plan est médiatique. Ainsi, par des répétitions massives, dans la vie comme au cinéma, il est mis dans la tête de tout habitant de cette planète que les africains sont nombreux alors que en dehors de l’Océanie, l’Afrique est le continent le moins dense du monde mais tous les medias ne se réfèrent à l’Afrique que pour dire qu’elle est trop peuplée. Il est aussi de notoriété d’affirmer que les noirs sont pauvres pour se cacher derrière leur spoliation car ils ont le continent le plus riche de la planète. Les noirs n’apparaissent également que comme des peuples qui sont aidés par les autres continents, alors qu’en réalité tous les autres continents ont reçu et continue à recevoir une aide massive de l’Afrique. Les peuples noirs sont présentés comme des barbares qui ne s’aiment pas entre eux, qui se tuent entre eux et que même la nature s’acharne à décimer au point où les exterminer ne serait qu’aller dans le bon sens.

Examinons donc les faits pour permettre à quiconque d’opérer un décryptage à sa juste mesure: Les faucons occidentaux ont toujours considéré que l’Afrique devait être occupée. Apres la deuxième guerre mondiale, ayant mis la main sur l’Europe, ils avaient laissé la tâche à l’Europe (Angleterre et la France) de contrôler l’Afrique, le temps de s’occuper de l’URSS et la Chine. Seulement ces deux petits états, malgré leur puissance, ne pouvaient pas contrôler la grande Afrique. En effet, l’assassinat des panafricanistes, les multiples coups d’état et le contrôle total de l’économie de ces pays n’ont pas empêché l’émergence de certains états Africains. Les Etats-Unis ont senti le danger d’une Afrique émergeante et ont entamé la prise en main du plan Africain en bombardant la Lybie, la Somalie et en installant une base militaire à Djibouti et des forteresse-ambassade dans quelques pays Africains. Ils ont aussi demandé à la France et l’Angleterre de passer la main sur le contrôle de l’Afrique. Les anglais, qui par leur pragmatisme ont accordé des libertés aux pays Africains, ont naturellement passé la main mais la France voulait garder son pré-carré, ce que les Etats-Unis ont respecté jusqu’à il y a quelques années car la France n’était pas membre de l’OTAN.

Sentant que l’opinion international ne croyait pas aux motifs de paix, de liberté et de démocratie avancés par ces faucons pour adresser l’Afrique, ceux-ci ont très vite fait de libérer Mandela et de confier la politique au noirs mais sans pouvoir nucléaire et financier. Entre temps ils se sont laissé débordés par les de la BRICS, avec à leur tête la Chine. Les occidentaux se sont alors sentis en retard sur le continent et ont demandé à la France de se plier car il fallait passer à la vitesse supérieure. Ce que Chirac avait refusé et les gesticulations de celui-ci en Côte d’Ivoire montraient très bien que la France Afrique, version Foccart, avait atteint ses limites. Nicolas Sarkozy a accepté le deal avec les Américains et il a été élu. Sa mission a été de faire perdre à la France toute sa souveraineté : Signature des accords Européens et entrée de la France dans l’OTAN contre l’avis du peuple Français. En entrant dans l’OTAN, la France venait tout simplement de passer la main en Afrique. Barack Obama a d’ailleurs accueilli  à Washington en Août dernier les chefs d’État du continent africain, une sorte de relais au sommet France Afrique. Malgré cela, avec l’arrivée de Hollande, la France n’a pas dit son dernier mot et essaye de montrer par ses actions au Mali, Niger, Cote d’Ivoire, Centrafrique, Cameroun et les prises d’otage dans son pré carré qu’elle a encore les cartes en main.

Débordés donc par les BRICS, Il fallait maintenant passer à une phase primaire d’agression en Afrique, mais flairant la réaction de l’opinion internationale et Américaine, ces faucons ont vite fait de faire élire non pas un noirs issus des anciens esclaves mais un noir venant d’Afrique comme président des Etats Unis avec à la clef un prix Nobel de la Paix. Ainsi on ne peut pas accuser les Etats Unis de racisme quand un président noir, prix Nobel de la paix, ordonne la destruction de la Lybie ou de la Cote d’Ivoire. En fait c’est ce qu’ils pensent, car en réalité les citoyens du monde, bien que parfois impuissants, comprennent bien ce qui se passent et le rôle de Obama dans ce plan. Même le passage aux techniques d’agression et d’occupation douce ne passe plus inaperçu. Le fameux « Bring back ours girls » ne passe définitivement pas car tout le monde comprend qu’un robot peut aller mesurer la composition de l’eau sur une comète près de la planète Mars alors que des contingents Français, Anglais et Américains n’arrive pas à détecter 200 filles que madame Obama veut voir libérer en maintenant Simone Gbagbo en prison. Malgré tout cela,  tous les prétexte sont devenu argent comptant comme si les jours noirs étaient à craindre. Le SIDA et Ebola sont mis à profit pour désorganiser et décimer le pays comme au temps de la conquête de l’Amérique. Pendant que 25 des 30 millions de personnes qui sont mortes de SIDA sont d’Afrique, le continent ne reçoit comme aide sanitaire que des bases militaires. Toute activité de pêche dans les eaux territoriales Africaines est considérée comme acte de piraterie de petites pirogues en bambous contre de super tanker et l’OTAN est obligé d’occuper ces territoires. L’immigration est organisée pour pousser de milliers d’Africains à aller nourrir les poissons de la méditerranée. Pour se protéger de toute dénonciation de cette destruction massive, il est rapporté de temps en temps dans les medias la mort de 100, 1000 ou 5000 personnes, la réalité étant plus qu’une hécatombe. La moindre élection sur le continent est devenue un motif suffisant pour organiser soit un génocide, soit des brutalités et des violences inouïes sur les populations noires. Deux religions ne peuvent plus cohabiter dans un pays Africain sous peine de se voir imposer une confrontation religieuse ou les croyants des deux camps se tuent avec des armes qu’ils ne savent pas fabriquer. La dernière trouvaille qui anime les grandes sectes est le danger que représentent les Africains qui ne comprennent rien à l’homosexualité. Les mauvaises langues spéculent même que les infrastructures portuaires, ponts et villes fantômes que certains dirigeants Africains sont autorisés à construire et à interdire à leur citoyens sont en réalité destinées à accueillir les premiers fantassins de l’invasion.

La Chine est passée devant les Etats Unis sur le plan économique en ce Décembre 2014. Cette réalité déclenche toutes les accélérations dans l’application du plan qui se déroule sous nos yeux. La dernière phase du plan qui se prépare activement va consister à une invasion militaire douce par des forces occidentales. L’Africom a été bien établi à cette fin comme du temps de l’Africa Korps de Rommel. Les bases militaires étrangères se créent partout en Afrique qui est maintenant comme un fromage (gruyère) infesté de forces étrangères. Cette invasion, si elle prend place, soulèverait effectivement une réaction de l’opinion antiraciste du monde entier. La campagne actuelle de médiatisation des actes et crimes racistes contre les noirs à travers le monde visent à mesurer cette réaction et à préparer l’opinion à accepter l’inacceptable. Ainsi, du fait que le racisme contre les noirs soit institutionnalisé dans l’inconscient des citoyens de ce monde, les actes racistes se perpétuent tous les jours contre les noirs. La nouveauté est que ces actes sont à présent très médiatisés. Qui ne se souvient pas de ces actes insoutenables de Lybie, du Maghreb, de Lampedusa, d’Inde, d’Amériques. Les images fortes de Lépreux noir, de malades noir d’Ebola et de SIDA, de dirigeants humiliés, reviennent en force dans les medias du monde.

Nous voyons donc que, dans ce plan, le maillon fort, c’est-à-dire celui qui est plus propice à faire réussir ce plan démoniaque est encore l’Afrique, à son détriment hélas. Et ceci notamment à cause de ses dirigeants qui ont conçu des forces armées, uniquement que pour mater leur propre population et non pour défendre le pays contre une agression extérieure. C’est vrai que les enjeux de cette invasion sont énormes et tous les continents peuvent y trouver temporairement leur compte sauf les Africains. Ces faucons pourraient facilement accorder des passes droits aux plus grands protagonistes comme le marché européens qui est ouvert massivement au Chinois, alors que les Russes peuvent avoir en retour la garantie du control sur les pays de son voisinage immédiat.

Il ne reste plus pour seul espoir que le rempart de la résistance et la force légendaire des peuples noir face aux adversités. Et l’histoire nous a montré, avec l’exemple du Vietnam, de l’Afghanistan et de l’Iran et même de la Chine, que les peuples déterminés peuvent tenir la dragée haute aux forces étrangères puissantes. Et en attendant, il faut que tous ceux qui ont du bon sens, où qu’ils soient, à quelques niveaux qu’ils soient, se mobilisent pour répondre à cette tentative.

En définitive, comme Hannibal, le colonel de l’Agence tous risques (The A-Team), « j’adore quand un plan se déroule sans accroc!». Mais nous savons tous qu’il n’y a que les plans de Dieu qui se déroulent sans accros et dans le cas présent, je souhaite que tout le monde agisse pour qu’il y ait un accroc a ce plan car il faut se souvenir que ce type de plan a déjà balayé la souveraineté des indiens sur l’Amérique et des aborigènes sur l’Australie. Et la brutalité de ces plans a failli faire disparaitre ces deux peuples.

Douala Ngando

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-17094.html

Publié le 15 décembre 2014, dans AFRIQUE, BRICS, Droits humains, Françafrique, Politique US, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :