MADAGASCAR – Bavure, corruption, abus de pouvoir de la gendarmerie Quelles raisons maintenir le général Didier Paza ?

A Morondava comme à Anjozorobe, la gendarmerie nationale est au cœur de nouveaux scandales. Ce bilan vient alourdir la réputation déjà mauvaise de la gendarmerie. Les bavures et dérapages se succèdent, les abus de pouvoir se répètent et la corruption s’intensifie mais aucune tête ne tombe. Pourquoi le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale, le général de division Didier Paza, est-il toujours maintenu à son poste actuel ?

Dans d’autres cieux où les conditions démocratiques sont au niveau acceptable, un scandale de trop d’un agent public provoque immédiatement le nettoyage dans l’administration. Cette pratique n’a jamais été de règle à Madagascar. Dans la grande île, plus les scandales se répètent, plus un ministre, un directeur général ou un simple agent s’accroche à son siège avec le soutien de son supérieur hiérarchique. Pas plus tard qu’hier, la gendarmerie nationale est au cœur de nouveaux scandales dans deux districts, notamment à Morondava et à Anjozorobe. Des gendarmes ont abusé de leur pouvoir et autorité pour effectuer des actes qui dépassaient l’entendement. Tirs sur des civils, violences contre un handicapé mental, les gendarmes ont provoqué un soulèvement dans les deux districts. De moins en moins crédibles, ils ont subi l’ire d’une foule qui se déchaîne. Au niveau du gouvernement, on essaie d’arrondir les angles pour justifier les bavures de ces derniers. Alors qu’ils ne sont pas à leur premier fait d’armes.
Selon plusieurs études crédibles, la gendarmerie nationale malgache est une institution très corrompue. C’est sur cette réputation que repose la célébrité de la gendarmerie. En ville qu’à la campagne, les gendarmes sont des pires espèces de corrupteur passif. Certains même bâtissent des fortunes sur des rackets. Plusieurs officiers de la gendarmerie qui ont pieds sur terre dans la capitale et ses périphériques vivent sous des toits dignes des villas hollywoodiennes. La corruption au sein de la gendarmerie est devenue une règle parmi tant d’autres. Mais, l’actuel secrétaire d’Etat de la gendarmerie nationale, le général de division Didier Paza, comme tout bon orateur (baratineur plutôt !) n’arrive pas à rejoindre ses prétentieux discours contre la corruption à des gestes concrets. Du coup, la corruption reste un fléau qui ronge la gendarmerie nationale. Mais à chaque scandale qui s’explose, le général Didier Paza bétonne sa place de secrétaire d’Etat. Dans les affaires de corruption, un poste stratégique s’achète même avec des sommes faramineuses.
L’image de la gendarmerie nationale régresse davantage. Mais, curieusement, Didier Paza est maintenu et ne s’inquiète même pas d’un probable limogeage. Celui qui avait fait une descente spectaculaire dans la région SAVA pour traquer les cerveaux du bois de rose pour en revenir avec une liste bidon, et sans avoir eu dans son filet le moindre « poisson », est toujours collé à son poste de secrétaire d’Etat de la gendarmerie. Il n’arrive même pas à mettre fin au trafic de bois de rose, et ne parvient pas à remettre de l’ordre au sein de la gendarmerie, ni de redresser son image, mais il demeure à sa place. Autant il est maintenu, autant la gendarmerie multiplie les scandales. Mais le régime veut jouer avec.

http://www.lanation.mg/article.php?id=15808

Publié le 12 décembre 2014, dans Droits humains, Françafrique, Madagasikara - Crise, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :