MADAGASCAR – Le Sommet de la Francophonie, six ans après ?

Madagascar était censé accueillir le Sommet de la Francophonie, en 2010, après le Sommet de l’Union Africaine, en 2009, s’il n’y a pas eu le coup d’Etat de la même année. Finalement, le pays ne pouvait accueillir ni le Sommet de l’Union Africaine, ni celui de la Francophonie. Mais au moins, le centre de conférence internationale, aura servi, toujours en 2009, à accueillir la conférence nationale qui devait déboucher sur un semblant de légitimation du régime HAT de l’époque.

Cinq ans après le Sommet raté de la Francophonie à Madagascar, le pays est de nouveau placé sous les projecteurs. La Grande Ile est censée accueillir le prochain Sommet en 2016. Mais, au fond, des inquiétudes subsistent. L’Organisation internationale de la Francophonie est persuadée que Madagascar est de nouveau redevenu un pays fréquentable après l’élection d’un président de la République en janvier 2013.
Le retour « à l’ordre constitutionnel » constitue un motif pour Madagascar de reprendre sa place au sein du concert des nations. Un Sommet de la Francophonie dans la Grande Ile en 2016 ? On peut l’espérer. Mais compte tenu de l’évolution de la situation politique et socioéconomique dans le pays, rien n’est moins sûr. Le démon des coups d’Etat n’a pas quitté définitivement la Grande ile.
Tout peut arriver, avant 2016. Malheureusement. Même si le retour au pays de Ravalomanana, l’ancien président malgache, exilé en Afrique du Sud durant cinq ans et demi, était censé faciliter le début de la réconciliation nationale, le processus est au point mort actuellement. A l’allure où vont les choses, il ne sera pas étonnant de voir, d’ici quelques temps, le FFKM suspendre toutes les démarches déjà entamées.
Le regroupement entre des hommes politiques déçus du régime HVM suscite aussi des inquiétudes. D’autant, qu’en partie, il s’agit de personnalités qui sont loin d’être novices en termes de prise de pouvoir, sans la nécessité de passer par les urnes. Il faut également reconnaitre que 2016 est une échéance importante. Car ce sera le moment où quelques grands groupes multinationaux implantés à Madagascar vont décider de la suite à donner à leurs activités dans le pays. Ces grands groupes qui comptent disposer d’une meilleure visibilité auront besoin de la stabilité politique dans la Grande Ile pour pouvoir travailler sereinement.
Dès 2015, on aura ainsi une idée de ce que pourra être la suite des événements. De plus en plus d’observateurs sont persuadés que l’île n’en a pas fini totalement avec les coups d’Etat. D’autant que l’on a affaire actuellement à un régime impopulaire qui bénéficie juste de la clémence de la foule, qui ne désire plus s’agiter dans la rue, et de la magnanimité des chefs des forces de l’ordre qui sont plutôt partisans du statu quo.

J.Nantenaina

Publié le 2 décembre 2014, dans AFRIQUE, Françafrique, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :