Madagascar – Elections: Vers une alliance contre nature pour les Pro-Ravalomanana

Au regard des résultats partiels du 1er tour publiés par la CENIT, la tendance placerait Jean Louis Robinson en tête avec un crédit de voix en dessous de 30%. Sans prendre trop de risques, on peut dire qu’il serait au 2nd tour, et avec un tel score, sans réserve de voix, les alliances seront obligatoires. Mais de quel type?

Dans les vieilles démocraties, le problème ne se poserait pas, c’est même la raison d’être du second tour. Mais là, les 31 autres candidats sont soit liés aux putschistes soit des micro-candidats aux scores insignifiants. Le candidat soutenu par la mouvance Ravalomanana doit donc négocier avec des voleurs, pilleurs, fossoyeurs de la démocratie; ceux-là même qui ont mis le pays à genoux et qui ont juré contre le retour du Président. C’est donc vers une alliance contre nature, une compromission que Jean-Louis Robinson entraîne les légalistes. Ce sera une véritable insulte au peuple légaliste qui a lutté pendant presque 5 ans contre ces voyous kléptomanes dépourvus de tout sens patriotique et source de tant de malheur pour le pays.

Le toubib candidat va jouer le registre du « rassembleur » (il a déjà déclaré favorablement pour l’accueil des brebis galeuses des Tim-Raharinaivo et du GMMR de Mémé, ce sont des amis disait-il) et prôner la « réconciliation ». Or, la réconciliation, un processus volontaire devant conduire vers l’apaisement, doit être engagée avant mais ne s’impose pas au moment des élections, elles-même imposées.

Ne nous étonnons point de retrouver les mêmes putschistes dans le futur gouvernement.  Mais cette fois-ci, ils seront bel et bien légitimés par les élections. C’est la personne de Rajoelina qui serait absente mais ses anciens compagnons putschistes demeureront. Quant au sort du Président Ravalomanana, qui reste la motivation première de l’engagement et du soutien des légalistes à J-L Robinson, la question suivante se pose: ce dernier aurait-il toute latitude pour rapatrier le Président ? Autrement dit, quel crédit peut-on accorder à sa promesse d’avoir le Président à ses côtés au moment de son investiture ?

De son côté, la communauté internationale, en particulier la France, s’est déjà félicitée à l’unisson du caractère consensuel, inclusif, transparent et crédible du scrutin,  et claironne que Madagascar s’engage enfin sur la voie de sortie de crise. Pourtant, ce ne serait qu’un simple changement dans la continuité de la Françafrique qui reste bien vivante et en très bonne santé à Madagascar grâce à tous ces affamés de pouvoir et d’argent, ces insatiables accumulateurs de richesse, ces corrompus et ces valets des puissances étrangères.

Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge….coloniale.

Tsimok’i Gasikara

Publié le 29 octobre 2013, dans AFRIQUE, Françafrique, Madagasikara - Crise, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :