MADAGASCAR – Mouvance Ravalomanana: La grande perdante

L’élimination de Lalao Ravalomanana de la course à l’élection présidentielle était prévisible, avec une Cour Electorale Spéciale remaniée. C’est chose faite maintenant. La mouvance Ravalomanana qui a accepté d’être complice d’Andry Rajoelina à la suite de la signature de la Feuille de route est actuellement désemparée. Elle est la grande perdante de cette initiative de la CES qui fait la grande joie de la Communauté Internationale.

Trop naïve, la mouvance Ravalomanana, s’est faite piégée. Elle est prise dans un traquenard que n’importe quel néophyte en politique aurait su éviter. Depuis la signature de la fameuse Feuille de route de sortie de crise, la mouvance de l’ancien président a intégré un système ambigu qui a conduit actuellement à la faillite totale du pays. La mouvance Ravalomanana s’est faite complice de la destruction de Madagascar en acceptant une « cohabitation » vouée à l’échec depuis le début. Maintenant que la candidate de la mouvance a été savamment éliminée à partir d’un stratagème orchestré par une partie de la Communauté internationale, les leaders ne savent plus à quel saint se vouer. En sachant pertinemment qu’Andry Rajoelina, lui, a déjà des candidats sur qui il peut compter même s’il est éliminé de la course. Le camp Ravalomanana, au contraire, aura du mal à trouver un remplaçant à Lalao Ravalomanana puisque l’ancien président ne pourra sans doute pas faire confiance en des lieutenants prêts à le trahir à tout moment. D’ailleurs, la mouvance a déjà soutenu qu’elle n’a pas de plan B et qu’elle n’a comme candidate que Lalao Ravalomanana.

Une réunion d’urgence des chefs de la mouvance politique de l’ancien président s’est ainsi tenue hier. Une déclaration est prévue aujourd’hui. On attend la réaction de la mouvance Ravalomanana étant donné que sa marge de manœuvre est plutôt limitée, tant que l’ancien président n’est pas de retour au pays. Au Magro, c’est la lassitude et le désarroi. Un meeting s’est tenu hier dimanche mais les meneurs n’avaient pas grand-chose à dire aux quelques militants fidèles à ce rassemblement. Ils préfèrent s’en tenir à la médiation du FFKM.

La mouvance Ravalomanana est quelque peu embarrassée puisqu’elle n’est plus capable de secouer le régime transitoire. Elle a accepté de collaborer avec la mouvance Rajoelina. Et elle a naïvement fait confiance en un processus électoral loin d’être fiable. Maintenant, elle n’a qu’à s’en mordre les doigts. Au lieu de choisir une autre voie, en effet, le camp Ravalomanana a choisi la complicité avec le régime putschiste. Un choix qu’il paye cher actuellement.

De son côté, Andry Rajoelina n’a rien à perdre, il peut compter sur d’autres candidats. Il ne faut pas oublier que le TGV a désigné Edgard Razafindravahy comme candidat du parti présidentiel, lors du congrès qui s’est tenu en début avril de cette année. On ne peut donc pas dire que Rajoelina est perdant. Au contraire, comme il l’a annoncé initialement, il peut revenir « en force » en 2018, mais la mouvance Ravalomanana, elle, ne peut compter sur rien tant qu’elle ne change pas de stratégie, au plus vite. Elle a le choix actuellement entre rester emprisonnée par son extrême naïveté, ou essayer de changer la donne en mettant fin à sa complicité avec Andry Rajoelina.

 

La Nation

 

 

Publié le 19 août 2013, dans Madagasikara - Crise, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :