MADAGASCAR – Le scandale des scandales: les mères porteuses

Détrompez-vous le scandale des scandales dénoncé  aujourd’hui n’est ni politique, ni financier.Les pires scandales sont toujours de nature sociale car ils dévoilent les pires travers de l’âme humaine. Notre journal a été le premier à s’insurger contre les abandons de nourrissons, la barbarie des pédophiles et la discrimination raciale opérée par les descendants de colons dans certains milieux sportifs. Le scandale que nous évoquerons aujourd’hui est celui des mères porteuses à Madagascar. Ceux qui doutent de ce phénomène sont de grands naïfs en retard d’une décennie. Pour déniaiser ces oies blanches, nous les invitons à taper « mère porteuse à Madagascar » sur Internet. Le site Google affiche 53.900 pages. Pour aller plus loin, qu’ils cherchent « surrogate mother in Madagascar. » Le même site leur indique 846.000 résultats.

Si le phénomène des mères porteuses connait un grand succès à Madagascar, c’est parce que l’offre répond à la demande. S’agissant de l’offre, de nombreuses femmes malgaches « louent » leur ventre à un étranger, contre une somme d’argent dérisoire en devises fortes mais conséquente dans la monnaie malgache. Soit la femme accueille juste l’embryon d’un couple. Soit c’est son propre ovule qui est fécondé à la suite d’un rapport sexuel ou dans le cadre d’une insémination artificielle. La demande provient exclusivement d’étrangers. Ceux-ci peuvent être célibataires, hétérosexuels ou homosexuels. Dans tous les cas, ils sont ravis de pratiquer à Madagascar, dans la plus grande clandestinité, en toute impunité et à moindre frais, la gestation pour autrui (appelée aussi maternité pour autrui) qui est interdite dans leur pays.

Ce fait de société pose des questions d’ordre moral tout en nous interpellant sur le plan juridique. Même si l’arrangement passé entre les parents demandeurs et la mère porteuse parait convenir aux parties, il est complètement illégal. L’objet du contrat étant contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs, l’accord peut-être annulé à tout moment. Les termes de l’entente ne sont pas valables car ils mêlent abandon de nourrisson, recel d’enfants et prostitution. Quand tout se passe bien, « la transaction » contente les deux parties. Cependant, bien souvent, l’arrangement n’est pas exécuté comme prévu. En effet, il arrive que certaines mères porteuses fassent une fausse couche ou renoncent à céder le nourrisson, rongées par la culpabilité. Dans chaque cas, elles refusent de restituer l’argent ou en réclament même davantage car le spectre de l’argent est omniprésent. Certaines sombrent dans la dépression car elles se retrouvent les bras vides et les mamelles pleines, sans possibilité d’allaiter. Il est fréquent que le couple d’étrangers se sépare avant la naissance du bébé. Certains parents commanditaires s’occupent peu, pas ou mal du nourrisson, jusqu’à le maltraiter ou le revendre. Les acteurs de ce film d’horreur méprisent l’intérêt supérieur de l’enfant, lequel est traité comme un objet marchand mais non pas comme un sujet de droit.

La balle est dans le camp des autorités mais on peut craindre qu’elles vont faire l’autruche et laisser la situation pourrir, jusqu’à ce qu’elle atteigne des proportions exorbitantes qui terniront l’image du pays. Le phénomène des mères porteuses (porteuses à la fois d’espoirs et de désillusions) n’est pas juste une mode. Ce système de mère par substitution est le moyen le plus sûr et le plus discret de contourner les contraintes de l’adoption internationale et de banaliser le trafic d’êtres humains.

M. GASPARD

 

Source: http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=27807:editorial-le-scandale-des-scandales&catid=56:edito&Itemid=65

Publié le 16 décembre 2012, dans Madagasikara - Crise, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :